Une unité de recyclage des déchets pétroliers en gestation au Port de Kribi

0
66

(BFI) – Le projet en gestation est le fruit d’un contrat de vente signé entre le français Ecoslops et la société camerounaise Valtech Energy, qui permettra de traiter au moins 7 000 tonnes d’huiles de vidanges et résidus pétroliers par an, renseigne EcoMatin. Cette opération permettra de réduire d’au moins 10% les importations de produits énergétiques tels que le fuel.

Une unité de traitement des huiles de vidanges et des résidus pétroliers va voir le jour au Port autonome de Kribi, fruit d’un contrat de vente signé le 16 mars dernier entre l’entreprise française Ecoslops, spécialisée dans la transformation des résidus pétroliers issus du transport maritime en carburants et bitume léger, et la société camerounaise Valtech Energy, qui a ouvert depuis 2020 une installation de réception des déchets pétroliers maritimes sur la place portuaire. Dans le cadre de ce contrat, la société camerounaise va payer 4 millions d’euros pour l’équipement clé en main, et près d’un million d’euros – échelonné sur huit ans – pour l’assistance technique et la licence d’exploitation, le tout pour près de 5 millions d’euros, soit environ 3,2 milliards de Fcfa.

Ce financement proviendra des banques historiques du groupe SCIN (Société Camerounaise d’intermédiation et de négoce), dont Valtech Energy est l’une des filiales. « La livraison de l’unité est prévue au mois d’octobre 2021 pour un démarrage avant la fin de l’année. Elle est conditionnée à la mise en place du financement avec les banques historiques du groupe SCIN, qui ont montré un fort intérêt pour le projet », renseigne un communiqué de presse publié par Ecoslops. Ce premier contrat décroché par la structure française au Cameroun pour le déploiement de sa solution Mini P2R (Petroleum Residue Recycling), lui donnera d’expérimenter sa dernière innovation, la « Scarabox ». Le scarabée joue un rôle écologique déterminant en recyclant les matériaux les moins nobles de la nature, il tire le maximum de ce qui lui est donné pour survivre, trouve l’usage pour tout et ne perd rien.

« Nous sommes enchantés de voir se concrétiser le développement de cette nouvelle technologie, qui bénéficiera d’abord à la réduction des pollutions sauvages par les huiles de vidange usagées dans de nombreux pays. Nous constatons un très fort intérêt pour la Scarabox, et sommes prêts désormais à une diffusion plus large de ces unités à travers le monde. La première unité installée au Cameroun et acquise par Valtech Energy sera la vitrine mondiale qui permettra une véritable accélération de cette nouvelle activité, complémentaire de nos micro-raffineries développées en propre. Nous comptons sur la concrétisation rapide des lettres d’intention signées ainsi que sur les autres marques d’intérêt suscitées depuis un an. L’objectif est d’atteindre progressivement un rythme de croisière de l’ordre de 5 à 10 unités installées par an d’ici les 5 prochaines années », a déclaré Vincent Favier, Président Directeur Général d’Ecoslops.

L’implantation de cette unité de transformation des déchets d’hydrocarbures sur le port permettra de traiter au moins 7 000 tonnes d’huiles de vidanges et résidus pétroliers par an, contribuant de ce fait à réduire d’au moins 10% les importations de produits énergétiques tels que le fuel. Le Cameroun génère environ 70.000 tonnes d’huiles usagées par an (camions, bus, voitures,…) et importe par ailleurs des produits énergétiques fossiles, notamment du fuel pour son industrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here