La Covid-19 plombe les recettes des Aéroports du Cameroun

0
54

(BFI) – Au cours d’un comité direction tenu le 8 juin à Yaoundé par le directeur général (DG) de la société publique Aéroports du Cameroun (ADC), Thomas Owona Assoumou, il a été révélé que l’entreprise a perdu beaucoup de ressources financières au cours de l’année 2020. Ceci à cause du Covid-19 qui a paralysé le secteur du transport aérien revèle Investir au Cameroun.

« L’argumentaire du directeur de la comptabilité et des Finances met en exergue la résilience de ADC SA qui affiche des pertes sèches de l’ordre de -49% en 2020.  En valeur absolue près de 7 milliards de FCFA », apprend-on des ADC. L’entreprise indique qu’elle compte rattraper une partie de ce gap en lançant « un vaste programme de recouvrement des créances ».

L’entreprise affichait pourtant un équilibre financier en 2019, selon le dernier rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR). ADC affichait en effet un résultat net bénéficiaire de 1,31 milliard de FCFA.

Aussi, au terme de l’Assemblée générale portant approbation des comptes financiers de l’exercice clos au 31 décembre 2019, cette instance a autorisé la distribution des dividendes d’un montant de 250 millions de FCFA. L’imputation du résultat bénéficiaire a permis l’augmentation des capitaux propres de l’entreprise de 38%, les faisant passer de 17,17 milliards en 2018 à 23,72 milliards de FCFA en 2019.

L’entreprise a ainsi renforcé son patrimoine par l’acquisition de nombreux matériels et l’aménagement de ses infrastructures. Ce qui a permis l’amélioration de son actif immobilisé d’un montant de 36,27 milliards en 2018 à 42,88 milliards de FCFA en 2019 ; soit une progression de 18%.

La société ADC est le concessionnaire public des activités nationales aéroportuaires. À ce titre, elle assure la gestion, l’exploitation et le développement des sept aéroports du Cameroun (Douala, Yaoundé-Nsimalen, Garoua, Bertoua, Bamenda, Ngaoundéré, Maroua).

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here