Intervention de l’Opep face à la pénurie de carburant au Congo

0
67

(BFI) – L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) va aider le Congo à faire face à la pénurie récurrente de carburant qu’il traverse depuis quelques années. Le secrétaire général de l’Opep, Haitham Al Ghais, effectuera une visite dès septembre prochain à Brazzaville, pour rencontrer à ce sujet les autorités du pays.

La pénurie de carburant à la pompe au Congo et le reste du continent a été au cœur d’une conférence de presse (Visio) que le secrétaire général de l’Opep a eu le 9 août avec les médias congolais. Haitham Al Ghais entrevoit de suggérer au gouvernement deux pistes de solutions permettant de juguler la pénurie à répétition de produits raffinés ou de carburant à la pompe en République du Congo.  

L’Opep pourra intervenir à deux niveaux, a indiqué le nouveau secrétaire général de l’organisation. Il s’agit de faciliter l’accès, dans un premier temps, à des raffineries plus performantes et, dans un second temps, d’appuyer le pays à augmenter sa capacité de stockage de produits raffinés en renforçant les installations publiques ainsi que celles des entreprises présentes dans le pays.  

« Le problème d’accès aux raffineries se présente au niveau global. Les États-Unis qui sont les grands fournisseurs ne construisent plus de nouvelles raffineries. De nombreuses raffineries ont été fermées en Afrique du Sud, l’un des géants dans ce domaine (…) Les seuls endroits où de nouvelles raffineries ont été construites c’est au sein de l’Opep et en Asie. L’on peut espérer avec la construction en cours d’une grande raffinerie au Nigéria capable de satisfaire la demande du continent », a-t- il assuré.  

Il a fait savoir que les volets beaucoup plus techniques de l’intervention de l’Opep seront évoqués lors de son séjour annoncé dans la capitale congolaise, dans un mois exactement.

Outre la crise de carburant à la pompe, le secrétaire général de l’Opep a évoqué le contexte actuel du marché mondial du pétrole impacté par le conflit en Ukraine et la pandémie de Covid-19. Haitham Al Ghais a prôné la cohésion au sein des membres de l’organisation pour pouvoir assurer la stabilité des prix et du niveau de production. Il en a profité pour saluer les actions du ministre des Hydrocarbures, Bruno Jean Richard Itoua, qui assure depuis janvier la présidence de la conférence de l’Opep.

Un autre sujet important sur lequel il souhaite se concentrer durant son mandat de trois ans débuté le 1er août est celui de lutter contre la « pauvreté énergétique ». Environ 759 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’électricité, dont environ 79 % en Afrique. En outre, plus de 2,6 milliards de personnes ne disposent pas des combustibles (gaz) et des technologies de cuisson propres.  

Rémy Ngassana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here