Vers un nouveau modèle économique rentable pour Camair-Co

0
245
Camair Co

(BFI) – Lors de la Conférence annuelle des responsables des services centraux, déconcentrés et extérieurs de son département ministériel, tenue les 30 et 31 janvier à Yaoundé, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a demandé aux responsables de la Commission Technique de Réhabilitation (CTR) des entreprises du portefeuille de l’Etat, d’engager une réflexion pour ces entreprises publiques parmi lesquelles la Cameroon Airlines Corporation.

Pour le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, une réflexion doit être engagée, afin de faire de la compagnie aérienne nationale, une entreprise rentable. C’est l’un des grands chantiers auxquels devrait s’engager le ministère des Finances (Minfi) au cours de cette année budgétaire. Revoir les modèles économiques de toutes les entreprises inscrites sur le portefeuille de l’Etat, qui sont devenues de véritables gouffres à sous pour les caisses de l’Etat. En tête de ces entreprises publiques, la compagnie nationale de transport aérien, Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co).

Lors de la Conférence annuelle des responsables des services centraux, déconcentrés et extérieurs de son département ministériel, tenue les 30 et 31 janvier à Yaoundé, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a demandé aux responsables de la Commission Technique de Réhabilitation (CTR) des entreprises du portefeuille de l’Etat, d’engager une réflexion pour ces entreprises publiques. Pour le Minfi, il est temps d’engager une réflexion sur leur modèle économique, afin d’en faire des entreprises rentables.

Il n’est donc exclu de voir dans un futur proche, le capital de Camair-Co par exemple, ouvert aux privés. L’argentier de l’Etat camerounais s’en réfère à l’exemples de compagnies africaines comme Air Côte d’Ivoire et Asky qui, bien qu’étant à capitaux publics, fonctionnent sur le modèle économique des entreprises privées.

Résultats déficitaires

A la différence de Camair-Co qui cumule des résultats déficitaires depuis le lancement de ses activités. La compagnie camerounaise croule sous des dettes de 32 milliards de FCFA –dernière évaluation de 2019 – et menace régulièrement de mettre la clé sous le paillasson. Le 15 octobre dernier, une réunion d’urgence s’est tenue en vue d’examiner les modalités relatives à la négociation d’un concours bancaire à contracter au profit de Camair-Co en proie à une grave crise de trésorerie. En vue de répondre à ses besoins les plus urgents, Louis Georges Njipendi, le directeur général de Camair-Co, avait sollicité un appui financier de 2,6 milliards de FCFA du gouvernement camerounais.

Cette demande faisait suite à un premier décaissement d’environ 1,5 milliard de FCFA approuvé par l’Etat en mai 2019 pour soutenir la trésorerie de la compagnie. Riche d’une flotte de six appareils dont la plupart est très souvent clouée au sol, Camair-Co couvrait il y a encore quelque temps, une dizaine de destinations en Afrique centrale et de l’Ouest. En 2018, la compagnie a même affiché un chiffre d’affaires de 26,6 milliards de FCFA, en hausse de plus de 10 milliards de FCFA, en comparaison aux résultats réalisés en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here