L’intégration sous régionale a enregistré des progrès remarquables ces dernières années

0
186

(BFI) – Ceux-ci se sont particulièrement signalés dans l’édification progressive d’un marché commun à travers l’harmonisation en cours des textes sectoriels des Etats membres, la définition des politiques communes dans divers secteurs de l’économie, la promotion du commerce, de l’industrie, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, la coopération universitaire ainsi que la libre circulation des personnes et des biens.

En ce qui concerne la libre circulation des personnes et des biens, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a inauguré en 2020 le tronçon Sembé-Souanké-Ntam. Tandis qu’au Cameroun, les travaux de l’axe routier Sangmélima-Djoum-Mintom-Ntam avancent. Ces différents travaux ont notamment vocation à relier le Port de Pointe Noire du Congo Brazzaville au Port autonome de Douala au Cameroun, en passant par les villes congolaises de Brazzaville et Ouesso et la ville de Sangmélima au Cameroun. Ils visent aussi à désenclaver les bassins agricoles et miniers des localités du Sud et de l’Est du Cameroun ainsi que les localités congolaises de la région de la Sangha située à plus de 800 kilomètres au Nord de Brazzaville, la capitale congolaise.

On se souvient également qu’en juillet 2019, dans la capitale économique camerounaise Douala, une concertation a évalué les projets intégrateurs de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Il a été question d’accélérer le processus d’intégration physique et commerciale de cette zone, pour en faire un espace économique émergent où règnent la sécurité, la solidarité et la bonne gouvernance au service du développement humain à l’horizon 2025.

Les responsables de la sécurité n’ont pas attendu la rencontre de Douala pour prendre leurs responsabilités. En mai 2019, ils se sont réunis toujours à Douala autour de Martin Mbarga Nguélé, délégué général de la Sûreté nationale du Cameroun. Les ministres de la sécurité et de l’émi-immigration de la CEMAC ont mis à profit leur rencontre pour faire le point sur la sécurisation de l’espace communautaire. Lequel est désormais attaché des chefs d’Etat de la CEMAC qui veulent traduire en actes la libre circulation des personnes et des biens.

Le moteur de l’intégration sous régionale est résolument en marche. Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC, dans son discours de mardi 16 mars dernier à la communauté observe que le financement des projets intégrateurs est en bonne voie. Le président en exercice estime qu’il faut « maintenir cette dynamique dans le domaine de la densification de notre réseau infrastructurel ». De ce point de vue, le processus de l’intégration sous régionale est irréversible.

André Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here