Les États-Unis s’opposent à la désignation de Ngozi Okonjo-Iweala à la direction de l’OMC

0
67
Ngozi-Okonjo-Iweala

(BFI) – Les Etats-Unis, seuls contre tous, ont refusé mercredi de soutenir la nomination à la tête de l’OMC de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, lui bloquant la voie pour devenir la première femme et première africaine à en prendre les rênes.

Cette décision plonge l’Organisation mondiale du commerce dans une plus grande incertitude, alors que l’institution dont les décisions sont habituellement prises par consensus, est privée de chef depuis le départ fin août du Brésilien Roberto Azevedo, pour raisons familiales.

Lancé début septembre, le processus de sélection de son successeur devait s’achever avant le 7 novembre. Mais l’opposition des Etats-Unis à la candidate nigériane, à qui ils préfèrent la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee, grippe la procédure au moment où les Etats-Unis sont en pleine campagne présidentielle.

Lors d’une réunion à Genève, “les Etats-Unis ont déclaré qu’ils soutenaient la ministre Yoo en raison de ses 25 ans d’expérience dans le domaine du commerce, et parce qu’elle serait capable de se mettre au travail dès le premier jour. Ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas soutenir la Dr Ngozi“, a expliqué aux journalistes Keith Rockwell, le porte-parole de l’OMC.

Depuis Washington, les services du représentant américain au commerce (USTR) ont confirmé plus tard mercredi soutenir la sud-coréenne qui a “toutes les compétences requises pour diriger de manière efficace l’organisation“. Une “troïka” – composée du président du Conseil général, du président de l’Organe de règlement des différends et du président de l’Organe d’examen des politiques commerciales – supervise le processus. Cette troïka, après avoir consulté les membres de l’OMC, avait annoncé mercredi à Genève être arrivée à la conclusion que Mme Ngozi est la candidate ayant le plus de chances de réunir un consensus. “Ils ont dit qu’elle avait de loin le plus de soutiens (…) dans toutes les régions et quel que soit le niveau de développement des pays“, a expliqué M. Rockwell.

27 délégations représentant un plus grand nombre de pays” ont pris la parole lors de la réunion et “tous ont exprimé un soutien très fort au processus et au résultat, sauf un“, a-t-il relevé, en ajoutant: “Cette délégation était celle des Etats-Unis“.

Félix Victor Dévaloix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here