Le Cameroun envisage entretenir 93,6% de son réseau routier en terre

0
194

(BFI) – « Les solutions d’entretien envisagées et mises en œuvre jusqu’alors ont montré leurs limites et appellent à une nouvelle stratégie efficace d’entretien durable des routes en terre ». C’est sur la base de ce constat que le ministère des Travaux publics a élaboré une stratégie d’entretien durable des routes en terres, qui est au cœur d’un séminaire de vulgarisation ouvert ce 1er juin 2021 dans la capitale camerounaise renseigne Investir au Cameroun.

Jusqu’au 3 juin 2021, les participants à cette rencontre, qui sont des agents du ministère impliqués dans l’entretien des routes en terre et des experts extérieurs, seront édifiés sur la conduite à tenir (technique de traitement de la chaussée, utilisation de produits innovants, etc.) pour, apprend-on, améliorer la portance du matériau meuble disponible constituant la couche de roulement de ces routes, limiter l’influence du trafic par la maîtrise et le contrôle de circulation des poids lourds, maitriser et limiter l’influence des conditions climatiques sur la route…

Mais, apprend-on, les actions à mener dans le cadre de cette stratégie « devront être accompagnées de mesures de gouvernance que sont une plus grande rigueur dans l’exécution des travaux, par le respect strict du cahier de charges bien établi au préalable ; et une densification de la surveillance du réseau et des interventions d’urgence ».

Selon le ministère des Travaux publics, le retour d’expérience obtenu après les premières années d’implémentation de la stratégie aboutira à l’élaboration d’un « guide technique de l’entretien des routes en terre ressortant, par zone écologique les spécificités techniques, les problèmes rencontrés, les solutions optimales appropriées ainsi que le protocole de mise en œuvre ». Tout ceci, croit-on au ministère des Travaux publics, permettra de proroger la durée de vie des routes en terre après un entretien au coût optimisé.

La mise en œuvre de cette stratégie recèle d’autant plus d’espoir qu’avec un linéaire de 113 716 km au total, les routes en terre représentent 93,6% du réseau routier global. De plus, souligne le ministère des Travaux publics, le réseau en terre est « celui qui impacte le plus sur la vie et le quotidien des populations, et leur niveau de vie dépend ainsi étroitement du niveau de service offert par ces routes en terre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here