« La situation est stable en rapport avec celle de la semaine dernière », Manaouda malachie

0
150

(BFI) – C’est une nouvelle étape dans la lutte contre la pandémie du coronavirus qui a été franchie cette semaine avec des tests dans les milieux scolaires, conformément aux directives du Premier ministre, chef du gouvernement qui, lors de la réunion d’évaluation de la stratégie camerounaise en la matière il y a une semaine, avait prescrit l’accélération du testing pour faire face à la montée des cas de contaminations.

Au cours de la réunion d’évaluation présidée jeudi 18 mars dernier en l’auditorium de ses Services par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, il ressort de la communication présentée par le ministre de la Santé publique, Malachie Manaouda sur la mise en exécution de cette instruction que 20 891 enseignants ont été testés sur l’ensemble du territoire national depuis le début de la semaine pour 190 cas positifs, alors que 67 667 élèves ont subi les mêmes tests pour 1 881 qui se sont révélés positifs. Toujours au cours de la semaine qui vient de s’écouler, ce sont 132 000 tests qui ont été réalisés contre 82 000 la semaine précédente.

Sur un plan plus global au plan national, le ministre de la Santé publique a fait savoir qu’à ce jour, le Cameroun compte 41 669 cas testés positifs, avec 38 820 personnes qui ont recouvré la santé. Quant aux décès, ceux-ci se situent à 721 depuis le début de la pandémie au Cameroun, alors que 120 personnes sont aujourd’hui sous oxygène. Toutefois, et de l’avis du ministre de la Santé publique, « la situation est stable en rapport avec celle de la semaine dernière », a-t-il fait savoir. Ceci se manifeste également par la hausse des guérisons par rapport à la semaine dernière. On enregistre cette semaine 2 458 guéris contre 1 479 sur la même période la semaine dernière. La politique nationale, a fait savoir Malachie Manaouda est le dépistage précoce des cas de contaminations en vue de leur traitement dans l’urgence.

Sur la situation vaccinale au Cameroun, le ministre de la Santé publique a fait savoir au cours des travaux que le Conseil scientifique a donné trois avis intermédiaires. La première recommandation, c’est qu’il faudrait « encore observer un délai supplémentaire avant toute utilisation du vaccin Astrazeneca au Cameroun, le temps de voir aboutir un certain nombre d’investigations qui ont été prescrites par les organismes internationaux ».

La seconde recommandation porte sur l’intensification du respect des mesures barrières par tous. Enfin, il faut rentrer dans la prise en charge pour une meilleure prise en compte des cas critiques et sévères. « Nous nous acheminerons certainement vers un passeport sanitaire comme cela est déjà envisagé ailleurs » a fait savoir le ministre de la Santé publique.

Malachie Manaouda a par ailleurs invité à mettre un terme à la confusion sur les différents décès enregistrés actuellement. « En plus du Covid-19, les gens meurent d’autres pathologies ». Il ne servirait donc à rien de tout mettre sur le dos de cette pandémie. En ouvrant les travaux, Joseph Dion Ngute a invité un certain nombre de participants, le délégué général à la Sûreté nationale et le secrétaire d’Etat auprès du Mindef chargé de la gendarmerie nationale sont intervenus pour parler des mesures mises en œuvre pour assurer le contrôle du respect des mesures barrières.

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here