La dette des entreprises publiques avalisée par l’État chute de 24,5%

0
32

(BFI) – Dans l’enveloppe globale de la dette publique du Cameroun, au 31 décembre 2020, la Caisse autonome d’amortissement (CAA), le gestionnaire de la dette publique dans le pays, recense un encours de 28 milliards de FCFA représentant la dette des entreprises publiques avalisée par l’État revèle Investir au Cameroun.

Selon la CAA, cette enveloppe, qui était de 37 milliards de FCFA à fin 2019, a connu une diminution de 24,5% en glissement annuel, en raison « des remboursements effectués par les entreprises bénéficiaires ». Cette baisse tient également de ce que, explique la CAA, tout au long de l’année 2020 aucune société d’État n’a bénéficié d’une garantie de l’État, dans le cadre de ses emprunts.

La prudence dont fait désormais montre l’État en matière de garantie de la dette des entreprises publiques découle d’une politique globale visant à maîtriser l’endettement généré par les établissements et entreprises appartenant à l’État. Lequel endettement, selon aussi bien le gouvernement que les bailleurs de fonds internationaux et les agences de notation, fragilise de plus en plus l’équilibre budgétaire du pays.

 Pour y remédier, peut-on lire dans le document d’orientation budgétaire 2020 publié par le ministère des Finances, « les actions qui seront déployées au cours du triennat (2021-2023) viseront la réduction des sollicitations en direction du budget de l’État de la part de ces structures porteuses de passifs conditionnels, en les amenant à s’orienter vers les prêts non souverains des partenaires au développement ou des banques privées ».

Pour rappel, à en croire le dernier rapport de la CAA, au 31 décembre 2020, l’encours de la dette non avalisée des sociétés publiques est estimé à 922 milliards de FCFA (la dette de plusieurs sociétés étant encore non déterminée), soit 4,2% du PIB. En glissement annuel, cette enveloppe diminue de 131 milliards de FCFA, puisqu’elle culminait à 1053 milliards de FCFA au 31 décembre 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here