Victime de la concurrence, la SONAS va bénéficier du soutien de l’Etat Congolais

0
81
SONAS
(BFI) – À la suite de la libéralisation du secteur des assurances en République Démocratique du Congo, consacrée par la Loi n°15/005 du 17 mars 2015 et qui a mis fin au monopole dont elle a bénéficié pendant plusieurs années, la Société nationale d’assurance (SONAS) va bénéficier de l’accompagnement de l’État congolais face à plusieurs entreprises privées des assurances.

Pour protéger cette entreprise publique, le président Félix Tshisekedi a instruit le Conseil des ministres, au cours de sa 48ème réunion de vendredi 11 septembre 2020, d’accompagner la SONAS. La décision du Chef de l’État est consécutive à l’information qu’il a reçue sur les difficultés de fonctionnement qu’éprouve la compagnie. Ces difficultés sont concomitantes à la libéralisation du secteur d’assurances intervenue en mars 2015. « Il est du devoir de l’État, actionnaire unique de cette entreprise publique de l’accompagner dans le strict respect du principe de la compétitivité de l’économie, en la dotant des moyens qui la rendent plus compétitive », a insisté le président Félix Tshisekedi.

De son côté, la SONAS, qui a salué cette décision présidentielle, souhaite que l’accent soit mis sur le respect de la nomenclature des primes des assurances pour toutes les compagnies, au bénéfice de l’épanouissement des assurances en République Démocratique du Congo. “ Nous remercions le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, pour la promptitude et le jugement parfait qui vient d’établir l’équilibre pour une concurrence loyale en lieu et place de bradage qui ne profite pas à l’économie congolaise qui, au contraire, occasionne la dégradation du secteur des assurances. La SONAS est respectueuse du code des assurances. Notre souhait en tant qu’assureur national est le respect de la nomenclature de prime des assurances pour toutes les compagnies œuvrant au même titre que nous pour l’épanouissement des assurances en République Démocratique du Congo “, a réagi la compagnie.

Pour matérialiser cette initiative, le Conseil des ministres a recommandé au ministre ayant dans ses attributs la SONAS, en accointance avec celui des Finances, de présenter un rapport circonstancié à la prochaine réunion du Conseil des ministres, aux fins de mettre en place de mécanismes susceptibles en protéger des entreprises publiques œuvrant dans les secteurs libéralisés. Toutefois, cette concurrence, “déloyale” selon des proches de la SONAS, ne devrait pas être à la base de la disparition des nouvelles entreprises.

Elise Nguélé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here