Vers le début de la fin du chantier de l’autoroute Yaoundé-Douala

0
41
Autoroute

(BFI) – Trois entreprises ont été présélectionnées pour un appel d’offres restreint en vue d’accompagner l’Etat pour la finalisation de ce projet structurant.

Vivement que ce soit le début de la fin du chantier de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala. Un espoir suscité par la présélection, depuis le 05 octobre 2020, de trois entreprises pour le sprint final devant désigner celle qui va accompagner le gouvernement pour le financement, la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance de la deuxième phase de ce projet. Un tronçon long de 136 km qui va de Bibodi, dans la région du Centre, à Douala. Pour ce qui est des entreprises, il s’agit du groupement Sogea/Satom-Razel-Fayat-Vinci, de la société Mota Engil et du groupement Sinohydro-PCRB-SDHS. Ces entreprises sont classées par ordre de mérite, selon le communiqué du ministre des Travaux publics qui annonce les résultats de l’appel à manifestation publique lancé en mars 2020.

Il est maintenant question pour ces entreprises, de faire des offres plus détaillées à l’Etat, afin de séduire à la fois par leurs capacités techniques et financières, mais aussi leurs modèles de gestion, étant entendu qu’il s’agira d’un partenariat public-privé (PPP) ou chaque partie doit aisément tirer son épingle du jeu. Comme l’indique d’ailleurs Emmanuel Nganou Djoumessi dans son communiqué, « les candidats seront invités dans les prochains jours à présenter chacun leur offre détaillée pour la réalisation du projet. » On parle alors, selon les étapes d’un contrat de PPP, du dialogue de pré-qualification. C’est au cours de cette étape que la partie publique identifie l’offre la plus économiquement avantageuse.

A l’issue de ce dialogue de pré-qualification, les candidats présélectionnés remettront leurs offres finales pour analyse par la Commission spéciale des Contrats de partenariat (la même qui a analysé les offres lors des étapes précédentes). Ce travail aboutira, dans les prochaines semaines ou prochains mois, à la désignation et la publication par le Premier ministre, chef du gouvernement de l’entreprise finalement retenue. C’est seulement après cette phase cruciale que les termes du contrat peuvent être négociés entre les deux parties. Mais, pour que ledit contrat soit signé, le Conseil d’appui à la réalisation des contrats de partenariat (Carpa) devra donner son avis de non-objection.

Pour ce qui est des entreprises présélectionnées, prises seules ou en groupement, ce sont des noms assez connus dans le secteur des bâtiments et travaux publics de manière générale au Cameroun. Chacun des candidats ou membre de groupement est présent dans un ou plusieurs chantiers structurants du Cameroun. L’adjudicataire final évoluera donc en terrain connu…

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here