Vers la mise en place de nouveaux modèles de financement des PME agricoles au Cameroun

0
52

(BFI) – Micro-leasing, cautionnement mutuel sont entre autres moyens présentés au cours d’un atelier organisé le 9 avril dernier à Yaoundé par l’Agence de promotion des Pme.

C’est un truisme. L’accès aux financements constitue un problème majeur pour les Petites et moyennes entreprises (PME), et plus spécifiquement pour celles exerçant dans le domaine agricole. En tant qu’agent d’accompagnement de cette catégorie d’entreprises, l’Agence de Promotion des Petites et moyennes entreprises (Apme), dans le cadre de la mise en œuvre de la composante I du programme intégré de valorisation et de transformation des produits agricoles et agroalimentaires, appuie les institutions bancaires, afin que celles-ci développent et mettent en œuvre des produits adaptés aux PME agricoles (Pmea).

Ainsi, en prélude à la création d’un guichet agricole au sein de la Banque camerounaise des PME (BC-PME), l’Apme a procédé, d’octobre à novembre 2020, à la formation des responsables en charge des financements agricoles et agroalimentaires. La clôture de cette formation a donné lieu à des exposés sur les nouveaux instruments de financement tels que le financement des contrats agricoles et agroalimentaires, le micro-leasing et le cautionnement mutuel et solidaire.

Pour ce qui est du micro-leasing par exemple, l’un des exposants, Jean Daniel Massol, explique qu’une PME en manque de ressources financières mais désirant se procurer un équipement, peut recourir à une banque qui se charge d’acheter ledit équipement et de le mettre à la disposition du demandeur, moyennant des frais de location qui peuvent être mensuels ou annuels, en fonction du contrat. Ce mode de financement offre l’avantage pour la Pme d’entrer définitivement en possession de l’équipement quand elle le souhaite, à condition de payer la somme restante.

En ce qui concerne le financement des contrats agricoles et agroalimentaires, Stean Mpolo, autre expert financier, indique qu’il a pour vocation de financer des promoteurs d’entreprises regroupés au sein des coopératives, entreprises ou autres associations. Pour obtenir un financement, il faut, entre autres présenter un plan d’affaires, parce que l’agriculture contractuelle est basée sur la rentabilité du projet. Stean Mpolo suggère à cet effet la création de deux guichets au sein de la BC-PME dont un pour les grandes entreprises et l’autre pour les très petites entreprises. Clôturant cet atelier, le Directeur général de l’Apme, Jean-Marie Louis Marie Badga, a rappelé que toutes ces initiatives sont prises pour « permettre aux PME agricoles qui sont aujourd’hui exclues des financements classiques, de pouvoir financer leurs activités ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here