Union Bank of Cameroun « confirment une croissance globale des activités »

0
173

(BFI) – En dépit des ravages de la pandémie du coronavirus sur les activités économiques, ainsi que les difficultés que vit Union Bank of Cameroon (UBC) depuis 2009, situation qui lui vaut d’être surveillée par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), l’année 2020 au sein de cet établissement de crédit a été plutôt reluisante. En effet, dans un communiqué officiel rendu public le 9 mars 2021, lequel sanctionne un conseil d’administration tenu le 18 février 2021 dans la capitale économique du Cameroun, UBC révèle que ses comptes 2020 « confirment une croissance globale des activités ».

Il en est ainsi des revenus annuels de la banque, qui ont cru de 9% par rapport à l’année 2019 ; des dépôts de la clientèle, qui ont connu une « croissance record de 18% », en comparaison avec l’année 2019 ; et surtout du résultat net bénéficiaire de 1,5 milliard de FCFA, performance qui poursuit « ainsi une série de résultats positifs pour la quatrième année consécutive », souligne Njong Eric Njong, le président du Conseil d’administration d’UBC.

« Bien que la priorité de l’ordre du jour fût l’arrêté des comptes de l’année 2020, les tendances positives observées à UBC, qui ont pour effet de repositionner la banque par un accroissement considérable de ses parts de marché, ont donné lieu à de nouvelles discussions. (…) Ce repositionnement passe par le développement d’une gamme variée de produits et solutions digitales, et une optimisation du parcours client », souligne le communiqué. En clair, afin de pouvoir davantage gagner des parts de marché dans le secteur bancaire camerounais de plus en plus concurrentiel, UBC fait le pari de l’amélioration de sa relation avec la clientèle, mais aussi de la digitalisation des services, qui a l’heur de faciliter les transactions et de catalyser d’importantes réduction des charges.

Une perfusion financière de 17,8 milliards de FCFA

Pour ce faire, la banque s’appuiera sur « la stratégie de repositionnement impulsée par la nouvelle direction », souligne le conseil d’administration, mais surtout sur la perfusion financière attendue de l’Etat du Cameroun. En effet, afin d’éviter la liquidation de cette banque privée, mise sous surveillance par le gendarme du secteur bancaire dans la zone Cemac, les pouvoirs publics camerounais ont décidé de financer sa restructuration, au moyen d’une recapitalisation à hauteur de 17,8 milliards de FCFA. L’information est contenue dans une lettre adressée le 18 février 2021 au secrétaire général des services du Premier ministre, Séraphin Fouda, par Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence de la République.

Par le biais de cette recapitalisation, qui consacre le rachat du passif (créances douteuses qui seront ensuite recouvrées par la Société de recouvrement des créances, Ndlr) et des actifs de cette banque, l’Etat camerounais offre ainsi une importante marge de manœuvre à l’équipe managériale que dirige Félix Landry Njoume, un transfuge du groupe Ecobank, nommé directeur général d’UBC au 2è semestre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here