« S’adapter au nouveau monde du travail » Gilbert Houngbo, directeur général élu de l’OIT

0
106

(BFI) – Fondée en 1919, l’OIT (Organisation internationale du travail) s’efforce, depuis lors, de promouvoir la justice sociale et économique, en fixant des normes internationales du travail. Elle est l’une des plus anciennes agences spécialisées des Nations unies et compte aujourd’hui 187 États membres.

L’OIT est une structure tripartite unique, qui associe des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs, à toutes ses discussions et politiques.

Au cours des dernières décennies, le monde du travail étant devenu plus complexe, l’organisation a dû s’adapter pour assumer de nouvelles réalités et responsabilités. Au cours des dix dernières années, Guy Ryder, mon prédécesseur au poste de directeur général, a lancé une série d’initiatives importantes afin de maintenir l’institution sur les rails, en dépit des bouleversements, dont beaucoup ont été provoqués par les progrès étonnants des technologies de l’information, recherchant une situation gagnant-gagnant pour toutes les parties prenantes.

Les sept dernières années ont été marquées par une série de crises mondiales : la récession économique et la «baisse des revenus» de 2016-2017 ; la pandémie de Covid-19 ; le conflit en Ukraine et l’impact inflationniste sur les approvisionnements énergétiques et alimentaires.

L’inflation, qui a suivi rapidement la réouverture des économies après le blocage de la pandémie, semble avoir fait échouer le rebond économique postpandémie. En réponse à la hausse des prix, les banques centrales ont augmenté les taux d’intérêt, ce qui a eu pour effet de refroidir la demande effective. En fait, selon les prévisions triennales (2021-2023) du FMI, la meilleure période de croissance mondiale depuis le déclenchement de la pandémie pourrait déjà être derrière nous, à la fin de 2021.

Malgré l’expérience vécue, on n’imagine pas encore le stress auquel les travailleurs ont dû faire face pour maintenir les économies locales et les chaînes d’approvisionnement mondiales lors de la pandémie, et les faire redémarrer par la suite. La crise du coût de la vie qui s’est ensuivie est effrayante, mais heureusement, les travailleurs du monde entier restent résilients. Ces véritables héros sont prêts à soutenir la prise de risque des employeurs et des investisseurs ainsi que la persistance des décideurs politiques à rétablir la normalité.

Néanmoins, le stress et les tensions sur le marché du travail peuvent persister. En effet, les problèmes actuels, dont on espère qu’ils sont de nature transitoire, détournent l’attention de la transition plus permanente du marché du travail. Avant le déclenchement de la pandémie, l’impact de l’hyperconnectivité et de la numérisation retenait déjà l’attention des décideurs politiques. La probabilité d’un déplacement à grande échelle de la main-d’œuvre par des machines et des ordinateurs avait suscité, d’une part des craintes fondées de perte d’emploi, et avait d’autre part amené les gouvernements à s’interroger sur la manière de taxer les robots non rémunérés effectuant le travail autrefois effectué par les humains.

Si ces craintes sont fondées, on ne saurait trop insister sur les avantages de la numérisation, notamment la décentralisation, une plus grande flexibilité, une transparence accrue et la responsabilisation. Pourtant, ces avantages seraient encore plus équitables si des investissements ciblés étaient consacrés à la construction d’infrastructures, à l’extension de la connectivité et à l’amélioration de l’accès aux technologies. Cela permettrait d’accélérer la réduction de la fracture numérique pour les entreprises et les travailleurs et, surtout, de faire progresser la justice sociale.

Ces questions sont du ressort des parties prenantes tripartites de l’OIT dans les relations de travail. En tant que principale organisation mondiale offrant une plateforme de réunion aux parties prenantes, l’institution jouera un rôle central dans la résolution de ces problèmes.

Ce qu’il faut, c’est une vision pénétrante qui unifiera les intérêts autrement divergents des parties prenantes. Cela ne doit pas être quelque chose de nouveau : il s’agit essentiellement de restructurer et de remanier les règles et pratiques existantes pour les adapter à l’avenir émergent du travail.

La justice sociale essentielle aux pratiques du travail

Ce qui est de plus en plus clair, c’est que la justice sociale doit continuer à sous-tendre les pratiques du travail, et les progrès réalisés par de nombreux pays à cet égard doivent continuer à gagner du terrain. Par exemple, beaucoup plus de femmes participent aujourd’hui au marché du travail formel qu’il y a vingt ans. De même, l’écart de rémunération entre les sexes en matière de rémunération ; l’idée d’un salaire égal pour un travail égal étant de plus en plus acceptée comme socialement équitable.

Les progrès réalisés dans la lutte contre le travail forcé ou « esclavage moderne », le travail des enfants et la traite des êtres humains sont tout aussi encourageants. Des progrès ont également été réalisés pour faire en sorte que les lieux de travail soient des environnements sûrs.

Toutefois, si beaucoup de choses ont été réalisées, les progrès ne sont pas uniformes dans le monde entier et le rythme du changement reste d’une lenteur inacceptable. Selon le Gender Gap Report 2021 du Forum économique mondial, il faudra encore 267,6 ans pour combler l’écart mondial entre les sexes en matière de participation et d’opportunités économiques. C’est un délai trop long. Nous devons tous travailler ensemble pour accélérer le rythme des progrès.

Notre compréhension de la justice sociale doit également s’élargir. Par exemple, les risques environnementaux et sociaux se renforcent mutuellement. Comme nous l’avons vu lors des récentes inondations massives au Pakistan ou de la grave sécheresse dans la Corne de l’Afrique, ces catastrophes d’origine climatique ont entraîné une rupture de la cohésion sociale. Et si les fortes émissions de carbone des pays industrialisés sont principalement responsables du réchauffement de la planète, ce sont les pauvres de la planète, concentrés dans les pays en développement, qui subissent le plus durement les chocs climatiques, en raison du manque de capacité d’adaptation.

L’interdépendance entre les risques sociaux et environnementaux nécessite la mise en œuvre d’une participation plus large pour affronter les risques dans les communautés et atténuer leur impact négatif sur le bien-être des travailleurs. Il est tout aussi évident qu’une coopération mondiale accrue est nécessaire pour relever ces défis.

Réécrire les règles du nouveau monde du travail 

Il est temps de réécrire les règles qui sous-tendent le nouveau monde du travail. Par exemple, les travailleurs doivent être équipés d’outils et de savoir-faire numériques pour que le marché du travail soit inclusif. Pendant les confinements, la plupart des lieux de travail sont passés des bureaux et des magasins aux domiciles. Si le travail hors site existait déjà, son adoption généralisée durant cette période constitue un fait nouveau. Pourtant, de nombreux travailleurs du monde entier qui ne possédaient pas de compétences numériques – souvent en raison d’un manque d’accès à la formation et aux outils –, ont perdu leur emploi.

Une autre question qui requiert l’attention urgente des parties prenantes est la discrimination non fondée sur le sexe en matière de revenu du travail. Une rémunération basée sur le fait que le travailleur est un col blanc ou un col bleu n’est plus acceptable : elle doit refléter la valeur du travail fourni dans l’ensemble de la chaîne de valeur de la production et de la distribution des produits. La valeur réelle de la main-d’œuvre fournie par les cols bleus a récemment été mise en évidence, mais parce qu’ils se sont lancés dans des actions syndicales, ou ont menacé de le faire. De nombreux pays ont réagi sous la contrainte. Mais un nouveau régime de compensation doit être mis en place de manière ordonnée, par la négociation collective ou l’institution d’un revenu de base universel.

Il est dans l’intérêt de la tripartite de l’OIT qu’elle s’engage dans le processus de refonte du cadre juridique et réglementaire des relations de travail et des pratiques sur le lieu de travail. Faciliter ce processus sera une priorité pour moi à mon nouveau poste d’affectation à partir d’octobre. Nous devons libérer le travail pour qu’il puisse libérer tout son potentiel afin de parvenir à une prospérité inclusive pour toutes les personnes dans tous les pays.

Gilbert Houngbo est le directeur général élu de l’Organisation internationale du travail

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here