Mig mag autour des stations de pesage routier au Cameroun

0
260
Pesage

(BFI) – L’appel d’offres national ouvert N°54 / Aono / Mintp / Cipm-Teri / 2020 du 11 mai 2020 lancé dans le cadre d’une procédure d’urgence pour l’entretien, la gestion et l’entretien de 21 stations de pesage routier situées au centre d’une grande polémique. Un pion réseau tapi dans les services du Premier ministre manœuvre dans l’ombre pour entretenir le flou. Recherche.

Lors d’une session parlementaire qui s’est tenue il y a moins de 2 ans, depuis le siège de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril a ostensiblement dénoncé la corruption endémique dans la gestion des ponts-bascules, également appelés stations de pesée, au Cameroun. Selon nos sources, le Cameroun compte à ce jour 21 stations de pesée qui devraient participer à l’entretien du réseau routier national. Et ce en limitant les tonnages. La sonnette d’alarme tirée par le président de l’Assemblée nationale n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi a alors promis de remettre de l’ordre dans la région.

Selon nos sources, le ministre des Travaux publics découvre au terme d’une enquête que la gestion des ponts bascules est entre les mains d’un clan dirigé par le groupe A2I d’un certain Walter Nana depuis près de 20 ans. Nous avons dû déplacer les lignes pour assurer une bonne gestion des ponts bascules et dynamiser ce secteur important de l’économie nationale. C’est le moins que l’on puisse dire au regard de l’appel d’offres national ouvert n°54 / Aono / Mintp / CipmTeri / 2020 du 11 mai 2020 lancé en procédure d’urgence pour l’entretien, la gestion et l’entretien de 21 stations fixes de pesage routier au Cameroun. Pour une fois, le groupe A2I hausserait les épaules avec d’autres concurrents de taille. S’il faut en croire certains opposants à cette société, le groupe tentera de gagner des parts à travers d’autres sociétés qui ne sont en réalité que des figures de proue. Vrai ou faux ? Cependant, les sociétés cotées seront toutes disqualifiées.

Il s’agit notamment du Groupement Ste Caputraco Sarl / Société camerounaise des travaux publics et du commerce ; Socatraf Sarl ; la société Sahal et même la société Ica Sarl. Il n’a fallu que les appels pour inonder la table du vice-ministre de la présidence de la république en charge des marchés publics. Ibrahim Talba Malla en profitera donc pour informer directement son homologue du Rijkswaterstaat, le client.. « J’ai l’honneur de vous informer que l’examen des recours contre les résultats d’attribution, qui ont été ajoutés au Minmap par certains soumissionnaires de l’appel d’offres mentionné en marge, a fait apparaître ce qui suit : la disqualification des candidats Socatraf et Ica Sarl, sur la base de la présentation de documents non authentiques, respecte les dispositions de l’article 6.1.d du Règlement Particulier de l’Offre (RPAO). En effet, par sa lettre N°00236/L/06/Sp du 13/07/2020 adressée au Président du CipmTeri, le Préfet du Mfoundi confirme l’inauthenticité des attestations de présentation des originaux des diplômes fournis dans leurs offres et prétendument signé par lui ».

Recommandation:

Le cas de la suppression du groupe Fozeu Sarl / Spigi Sarl est également justifié. Pour le Minmap résulte la disqualification de cette société «  d’une part, par le non-respect des exigences de l’article 13.1 Rpao, qui prescrit la signature des documents relatifs aux personnels proposés par les autorités administratives compétentes désignées (gouverneurs et préfets), et, d’autre part, par la proposition des chefs de mission qui n’ont pas les qualifications requises par le Dao ». S’agissant de l’absence d’agrément du brandi Mincommerce ostensiblement par les enchérisseurs A2I Sarl et Fotti, en vue de la disqualification des concurrents concernés, le Minmap précise : « Le critère relatif est « essentiel » par rapport aux dispositions du point 6.1 du Rpao qui, par ailleurs, prévaut en cas de conflit avec l’Avis d’Appel d’Offres (Aao). Ce critère (essentiel) ne peut donc conduire à l’élimination directe d’un soumissionnaire dans le cadre de cette procédure».

De plus, le Minmap donne au client : « Au vu des dispositions de l’article 20 de la loi n° 2004 relative à la métrologie légale au Cameroun, que les requérants invoquent également aux fins d’éliminer certains candidats, il apparaît que l’exercice des activités liées à la métrologie est celui soumis à l’obtention du l’agrément du Mincommerce, et aucun accès à l’ordre public lié auxdites activités qui reste libre et reste libre conformément aux dispositions de l’article 2 du code ci-dessus ». Plus que cet avis formulé par le Minmap est resté à la place de son collègue du Rijkswaterstaat : « Par ailleurs, au vu de tout ce qui précède, et compte tenu de l’importance des prestations à fournir, je vous serais reconnaissant de bien vouloir reprendre la procédure actuelle, suspendue par ma lettre N°003362 du 05/08/2020, en finalisant les marchés à conclure avec les soumissionnaires retenus par votre décision N°200/D/Mintp/Dct/Cao/Cae1/2020 du 20/07/2020. Afin de rester en conformité avec la loi ci-dessus, toutefois, le la notification des marchés aux sociétés Etraco (lot 2), société Etienne (lot 3) et Sgte/Ecca (lot 5) reste soumise à la présentation, par chacune des ‘agréments obligatoires pour l’exécution des travaux métrologiques, délivrés par Mincommerce’ .

Ainsi, selon nos sources, les entreprises lauréates de l’appel d’offres national ouvert N°54/Aono/Mintp/CipmTeri/2020 du 11 mai 2020 ont reçu des commandes de service pour démarrer les travaux sur le terrain. Eux aussi ont travaillé dur pendant près de 8 mois. Au grand dam du groupe A2I, qui multiplie les appels et les excuses depuis un certain temps, laisse penser que la gestion des stations de pesage est son affaire. Selon les mêmes sources, l’affaire a été renvoyée au ministre des Travaux publics, qui a tranché, estimant que ceux qui jouent les mauvais perdants aujourd’hui ont remporté au moins 2 trophées, mais ont même été exclus du processus d’attribution de ce contrat.

Au niveau des services du Premier ministre, où le dossier est localisé depuis plusieurs mois, c’est le black-out total. Et cela nous apprend du fait qu’un certain Tchami est employé par le Secrétariat des Services du Premier Ministre. C’est lui qui jouerait dans l’ombre des services du Premier ministre, le jeu du groupe A2I. Avec un rôle obscur attribué, à tort ou à raison, au gestionnaire du fonds routier, dont la proximité avec le promoteur du groupe A2I apparaît. Des blocages qui nuisent aujourd’hui au bon fonctionnement des stations de pesée, poumons de l’économie camerounaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here