Les petits exploitants agricoles doivent tirer parti de la ZLECAf

0
132

(BFI) – L’impact de la COVID-19 a mis en évidence les faiblesses des systèmes alimentaires actuels, mais a également révélé une opportunité pour le commerce au sein de la ZLECAf.

Senamiso Ndlovu, 32 ans, est une petite exploitante agricole qui rêve de produire de grandes quantités de nourriture. La demande alimentaire urbaine croissante est à l’origine de ses ambitions agricoles. Elle a augmenté sa production de poivrons verts, de courges musquées, de tomates et de concombres pour répondre à la demande croissante de produits frais à Bulawayo, une ville tentaculaire du Zimbabwe.

Mme Ndlovu, qui exploite une ferme familiale et prépare une maîtrise en agroalimentaire, est heureuse de nourrir les consommateurs urbains, mais elle veut une part du marché alimentaire africain. La zone de libre-échange continentale africaine ( ZLECAf), récemment lancée, pourrait être le marché qu’il lui faut. « J’ai envisagé de vendre mes produits au Kenya, par exemple, qui est un marché compétitif, et je souhaite avoir un marché plus important en Afrique« , explique Mme Ndlovu.

Pour Mme Ndlovu, le marché de l’exportation en Afrique est une perspective passionnante pour développer son agrobusiness et apprendre de nouvelles idées commerciales pour innover. Il a été difficile de percer sur le marché local. Elle a dû emprunter de l’argent à des taux élevés afin de tripler sa production actuelle pour répondre à des commandes importantes et améliorer les normes de qualité.

La commercialisation dans le monde entier est encore plus difficile ; il y a une lourde bureaucratie pour obtenir les documents nécessaires à l’exportation, satisfaire à des conditions phytosanitaires strictes et garantir l’approvisionnement, sans parler du financement initial de la production. La vente à l’Afrique va changer la donne alimentaire, affirme-t-elle. « Les petits exploitants agricoles doivent désormais faire partie de consortiums pour pouvoir regrouper leurs produits et approvisionner les marchés étrangers« , note Mme Ndlovu.

Des frontières ouvertes, plus de nourriture, plus d’argent

L’agriculture contribue pour environ 30 % au PIB du continent, selon la Banque africaine de développement (BAD). L’impact de la COVID-19 a mis en évidence la faiblesse des systèmes alimentaires actuels, les nations ayant fermé leurs frontières pendant les lockdowns, ce qui a limité les importations et les exportations de denrées alimentaires, mais a révélé de manière frappante une opportunité pour l’Afrique de commercer avec l’Afrique à des conditions commerciales préférentielles.

Grâce à la ZLECAf, un bloc commercial visant à lutter contre la faiblesse des échanges et le chômage élevé a été lancé. Il promet qu’un plus grand nombre d’Africains achèteront, mangeront et porteront des biens et services « Made in Africa » à un coût abordable.

L’agriculture africaine, qui souffre d’une faible productivité, d’une mécanisation insuffisante, d’investissements inconsistants et d’une politique inadaptée, pourrait être transformée par un accroissement des échanges entre les 55 États membres de l’Union africaine.

Rendre sa dignité à l’Afrique

Une agriculture florissante redonne à l’Afrique sa dignité, affirme le professeur Lindiwe Majele Sibanda, défenseur de la sécurité alimentaire et directeur du centre d’excellence de l’Alliance des universités de recherche africaines sur les systèmes alimentaires durables à l’université de Pretoria, en Afrique du Sud.

L’Afrique importe pour plus de 50 milliards de dollars de denrées alimentaires, dont la plupart proviennent de l’extérieur du continent. La ZLECAf a mis en place une référence et des objectifs commerciaux, ce qui constitue presque un système de quotas pour l’Afrique. « Nous avons défini la nourriture au sens large, et nous pouvons commencer par ce que nous sommes capables de produire de manière écologique et durable« , a déclaré le professeur Sibanda à Afrique Renouveau, soulignant que la fixation de quotas commerciaux devrait servir à stimuler la concurrence interne et les avantages comparatifs des pays africains. « La cause profonde de la facture élevée des importations alimentaires de l’Afrique est due à de mauvaises politiques qui n’ont pas encouragé les agriculteurs et n’ont pas stimulé la production locale« , explique le professeur Sibanda.

Au Nigeria, il est moins cher d’importer du concentré de tomates que de le produire localement, tandis qu’au Zimbabwe, il est beaucoup moins cher d’importer du lait que de le produire localement.

Le professeur Sibanda exhorte les gouvernements à revenir à la case départ et à évaluer les coûts de production tout en identifiant les avantages comparatifs de l’Afrique. « L’Afrique que nous voulons est une Afrique qui apporte la dignité aux Africains« , a déclaré le professeur Sibanda, ajoutant qu’il n’y a pas de meilleure façon de restaurer la dignité que par le biais d’une zone de libre-échange africaine qui ne vise pas à monopoliser le commerce mais à montrer à l’Organisation mondiale du commerce que l’Afrique peut négocier des accords à son avantage en tant que bloc.

L’agriculture a besoin d’argent pour se développer

Les investissements consacrés à l’amélioration des intrants, de l’irrigation, du stockage et des infrastructures de base seront le moteur de la croissance agricole en Afrique, note McKinsey & Company, qui appelle à une amélioration de la compétitivité globale du continent, et pas seulement du rendement des cultures. L’urbanisation croissante et l’augmentation des consommateurs de la classe moyenne devraient contribuer à générer 645 milliards de dollars de dépenses de consommation d’ici 2025 dans les secteurs des produits frais, des produits laitiers, de la viande, des aliments transformés et des boissons.

Le secteur privé doit exploiter le potentiel agricole de l’Afrique en résolvant les problèmes d’approvisionnement alimentaire en facilitant les conditions de paiement flexibles pour les agro-commerçants afin d’améliorer les achats d’intrants. McKinsey recommande le développement de partenariats pour atténuer le risque de défaillance.

Par exemple, le Partenariat africain pour les engrais et l’agro-industrie (AFAP) a fourni une garantie de première perte aux fournisseurs d’engrais afin d’étendre les conditions de paiement aux distributeurs agricoles en Tanzanie, ce qui a contribué à une augmentation d’environ 35 % des ventes d’engrais.

Exploiter la technologie et injecter de l’innovation

Debisi Araba, directeur général de l’Africa Green Revolution Forum (AGRF), explique à Afrique Renouveau que les technologies et les systèmes qui améliorent l’efficacité du mouvement des marchandises et la transmission des informations et des transactions constituent une perspective passionnante pour l’Afrique.

Des start-up comme Lori Systems et Kobo360 utilisent le big data et d’autres analyses d’informations pour améliorer l’efficacité du secteur du transport routier, en cartographiant la demande et en la mettant en relation avec les services d’approvisionnement dont elle a tant besoin, explique M. Araba.

M. Kanayo Nwanze, représentant spécial du CGIAR au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires, estime que l’Afrique n’a pas toujours été un importateur net de denrées alimentaires car son agriculture contribuait à plus de 60 % du PIB avant les années 1980.

Aujourd’hui, elle est importatrice nette de denrées alimentaires après avoir désinvesti dans l’agriculture au profit de l’exploitation minière et de l’industrialisation fondée sur les combustibles fossiles, explique M. Nwanze.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here