Les orientations stratégiques de l’emprunt obligataire du Cameroun

0
52
BTP

(BFI) – Les orientations de la Stratégie Nationale de Développement (SND 30), qui visent à faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035 prévoient le développement des infrastructures pouvant garantir la croissance économique du pays. A cet effet le Cameroun a lancé un appel public pour la mobilisation de 200 000 000 000 Fcfa en zone CEMAC.

Le développement des infrastructures est un important levier de croissance économique. Depuis 2010 l’Etat du Cameroun s’est engagé dans un vaste programme d’investissements dans des projets porteurs de croissance et d’emploi dans les domaines des infrastructures portuaires, routières et énergétiques. C’est à mesure d’accélérer ce processus d’équipement que le gouvernement a initié un nouvel emprunt obligataire sur le marché financier de la CEMAC pour mobiliser 200.000.000 000 Fcfa pour une durée de 7 ans à un taux de 6,25% net d’impôt et taxes.

Pour l’économiste Jean Marie Biada « s’il y’avait une bonne signature alors les investisseurs institutionnels iraient auprès de ce qu’on appelle les PSI, prestataires de services d’investissement, pour acheter les obligations que vous avez libérée et après il y a une masse d’obligataires qui suivent donc le procédé de déroulement de cet emprunt obligataire »

Même si le Cameroun qui n’enregistre aucun défaut de paiement sur les marchés financiers et monétaire de la Cemac, depuis 2010, jouit de la confiance des investisseurs, le pays court cependant un risque de surendettement au regard des tendances au niveau de son service de la dette. À fin Février 2022, l’encours de la dette est composé à 71,9% de la dette extérieure, à 27,9% de la dette intérieure, et à 0,2% de la dette avalisée. Le ministère de l’économie suggère à ce titre d’améliorer la capacité du pays à mobiliser les recettes notamment fiscales, et d’exportations. « C’est à travers la production que nous pouvons valablement mobiliser toutes les recettes fiscales et en même temps les recettes d’exportations parce que quand vous avez suffisamment consommé ici, vous pouvez donc exporter les produits non consommés » a conclu l’économiste.

Dans le détail, l’État du Cameroun prévoit investir 141 milliards dans les projets routiers notamment l’autoroute Yaoundé douala.   Les travaux d’aménagement urbain devraient quant à eux engloutir 19 milliards de FCFA, contre 17,4 milliards de FCFA pour les infrastructures énergétiques, et d’adduction d’eau potable. 15 milliards dédiés au Port en eau profonde de kribi permettront d’étendre cette infrastructure portuaire et une autre partie de l’enveloppe globale sera affectée au programme de reconstruction de la Région de l’Extrême-Nord.

André Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here