Les marchands congolais de « Mobile money » mécontents de la baisse des commissions

0
286
MTN

(BFI) – Depuis quelques jours, le pourcentage des tenanciers des kiosques de « Mobile money », de la société de téléphonie mobile MTN, est revu à la baisse. Ces derniers sont mécontents de cette situation ne leur permettant plus de gagner grand-chose. Les usagers, à leur tour, en battissent.

« Depuis le début de ce mois de juin, le retrait est passé de 1% à 0,8% tandis que le dépôt de 0,5% à 0,4%. Donc pour un dépôt de 10.000FCFA, 40F nous reviennent et pour un retrait du même montant 80F nous reviennent », a expliqué un marchand de mobile money, tenancier d’un kiosque à Makélékélé, premier arrondissement de Brazzaville. Dès lors, des caprices ou refus systématiques de faire des dépôts ou retraits de faibles montants se font constater. Aux usagers voulant retirer 1000FCFA notamment, certains tenanciers de kiosque de mobile money refusent de leur servir prétextant de ne pas avoir de monnaie. D’autres par contre disent clairement qu’il n’est pas possible de faire des opérations sur de telles sommes qui ne rapportent plus grand-chose.

Quelques marchands réunis en comité ont dénoncé la réduction de leurs commissions pour laquelle ils ont été informés par messagerie téléphonique de l’entreprise. « Cette baisse ne nous permet pas de supporter certaines charges notamment la taxe municipale, la ration, le transport », a déploré Dady Sentso du comité des marchands. Les uns promettent de boycotter les transactions, les autres de cesser la collaboration alors que d’autres encore préfèrent avoir peu que rien en ayant les yeux tournés vers le régulateur des postes et télécommunications. 

Du côté de la société de téléphonie mobile, le contact avec le service en charge de mobile money n’a pas été possible car pour l’heure le travail à leur niveau se fait par visioconférence, du fait de la pandémie de Covid-19. Une manière de se conformer à la décision gouvernementale concernant les mesures barrières que les entreprises sont tenues de respecter pour sauver l’activité économique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here