Les établissements publics camerounaises ont du potentiel

0
257

(BFI) – Selon le rapport rendu public par la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic, certaines performances sont à saluer.

Quelques contraintes levées, elles pourraient figurer parmi les entités que le Cameroun pourrait se targuer d’avoir. Les entreprises publiques classées à fort potentiel dans le premier rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR). Le rapport a relevé sept entreprises à potentiel dans l’échantillon qui a constitué son analyse.

Il s’agit du Port autonome de Douala, de la Société de développement du coton, des Aéroports du Cameroun, de la société camerounaise des dépôts pétroliers, de la Société de presse et d’éditions du Cameroun mais aussi de la Mission d’aménagement et d’équipement des terrains urbains et ruraux et la Cameroon Hotels Corporation.

« Il s’agit de celles qui ont dégagé un résultat d’exploitation et un résultat net positifs sur la période, et notamment au 31 décembre 2018, avec des dividendes générées », justifie le rapport. En parcourant les analyses de ces structures, on peut effectivement relever que ces entreprises mettent du prix dans leur gouvernance.

Le Port autonome de Douala par exemple, que la CTR voit sur la base de l’analyse de ses données financières comme « une entreprise performante et compétitive… Malgré les contraintes au cours de l’année 2017, a enregistré un volume de trafic de 11,796 millions de tonnes de marchandises contre 11,122 millions de tonnes en 2016, représentant une progression de 6,06% ».

L’un des leviers de développement de cette structure en pleine expansion serait en effet que le paiement de la créance du PAD sur l’Etat s’est considérablement alourdie, s’élevant au 31 décembre 2018 à plus de 62 milliards de F. S’agissant de la Sopecam par exemple, le rapport indique que la structure est appelée à « faire preuve d’une plus grande agressivité commerciale, procéder à la rationalisation des effectifs et des charges d’exploitation ».

On parle également de l’arrimage des textes organiques de la structure à la loi du 12 juillet 2017 portant statut général des entreprises publiques. Ce n’est qu’ainsi que cette entreprise pourra aspirer à une performance à plein régime et ainsi au financement du budget de l’Etat.

Autre structure, autres propositions pour aspirer à une meilleure rentabilité : la Sodecoton, où il est nécessaire de poursuivre la mise en œuvre du plan de redressement. De manière globale le rapport met un accent sur la réhabilitation des outils composant les entités analysées pour davantage de productivité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here