Les défis de Henri-Max Ndong-Nzue, nouveau directeur Afrique de TotalEnergies EP

0
83

(BFI) – La fidélité et l’efficacité récompensées… Embauché par le Groupe Total Energies, qu’il rejoint à la fin de ses études, Henri-Max Ndong Nzue a pris ses marques au siège du groupe pétrolier français, comme directeur exploitation-production en Afrique. Jusque-là, cet ingénieur diplômé de l’École polytechnique (Promotion 85) et de l’École nationale des statistiques et de l’administration économique, connu pour son ardeur au travail, occupait auparavant des fonctions de secrétaire général et directeur Amériques au sein du groupe.

Avant cette consécration, le franco-gabonais avait fait ses armes… d’abord au Gabon, sa terre natale où il dirigea la filiale locale, puis en France, au Yémen, aux Pays-Bas, en Norvège.

Son expérience multifacette, secteurs et zones géographiques, M. Ndong Nzue va pouvoir la mettre à profit à la tête de la direction exploitation-production Afrique du groupe Total Energies, mais de nombreux défis l’attendent dans ses nouvelles fonctions.

La problématique de la transition énergétique en Afrique est différente de celle des pays développés. En effet, axée sur la réduction des émissions de CO2 dans les pays développés (en Europe par exemple), elle se traduit en revanche avant tout par le défi de l’accès à l’énergie en Afrique.

Aujourd’hui, le continent africain représente tout juste 3 % de la demande mondiale en électricité, pour 17 % de la population. Les énergies fossiles et la biomasse traditionnelle sont les énergies dominantes et représentaient respectivement 51 % et 46 % de la demande totale sur le continent. La demande d’électricité en Afrique devrait croître de près de 4 % par an d’ici 2050, soit quasiment deux fois plus rapidement que la croissance mondiale. En outre, le groupe Total Energies envisage d’élargir son offre notamment sur les énergies bas carbones pour prendre en compte les enjeux liés au changement climatique.

Le Groupe a également annoncé son ambition d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, pour l’ensemble de ses activités mondiales, depuis la production jusqu’à l’utilisation par les clients des produits vendus.  Cette ambition est soutenue par la stratégie de Total Energies de devenir un groupe multi-énergies, avec du pétrole et du gaz, des solutions de neutralité carbone, et de l’électricité bas-carbone. Cela passe par un effort d’investissement de plus de 2 milliards de dollars chaque année dans l’électricité bas-carbone, ce qui représente plus de 15 % des investissements. L’enjeu pour le groupe pétrolier est de fournir une énergie au meilleur coût, disponible à tous, et dans le respect des meilleurs standards de sécurité et d’environnement. Vaste programme !

Afribusinessmag

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here