L’économie camerounaise sous l’emprise du coronavirus

0
224
ABEGOUMEGNE BERTRAND

(BFI) – Réduction du budget annuel et baisse des prix des produits sur le marché international sont quelques-uns des impacts sur l’économie du Cameroun.

Le Covid-19 ne fait pas que des victimes humaines. L’une des grandes victimes est l’économie. Le pays qui a tablé sur un budget de 4951 milliards de frs CFA pour l’année 2020 voit ainsi ses prévisions budgétaires et autres échanges commerciaux mis à mal.

Le pétrole, l’une de ses principales ressources, contraint de se vendre à un prix inférieur auxdites prévisions qui estimaient notamment le prix du baril à 54,4 dollars (Soit environ 3,272,160 FCFA). Du fait du COVID19, le prix de ce baril se retrouve aujourd’hui à moins de 30 dollars (soit environ 1,804,500 FCFA).

La baisse des revenus touristiques, le ralentissement du secteur des transports et du commerce en général n’incitent pas à plus d’optimisme.

Dans le même ordre d’idées, les échanges commerciaux du Cameroun par voie maritime estimés à 95% des flux sont négativement impactés. Le ministre des Finances estime ainsi qu’avec la diminution des échanges avec le monde extérieur, les importations baissent. Ce qui implique que les recettes douanières vont aussi baisser, poursuit-il. Louis-Paul Motaze en conclut que tout cela aura des conséquences sur l’économie réelle. 

Compte tenu de cette situation préoccupante, le GICAM (Groupement interpatronal du Cameroun) a tenu une session extraordinaire de son conseil d’administration le 19 mars 2020. Les travaux ont alors été sanctionnés par “un appel à mobiliser en urgence l’ensemble des instruments de politique monétaire, budgétaire et commerciale, mais également à mettre en place des politiques inédites de soutien aux entreprises et aux ménages pour gagner la « guerre  » contre le Coronavirus”.

Au niveau de la CEMAC, l’on est conscient des risques encourus sur le plan économique. D’où la réunion autour des incidences économiques et financières du COVID-19 sur la réforme de la CEMAC tenue à Brazzaville au Congo le 28 Mars 2020. C’était en présence des ministres de l’économie et des finances des pays de la sous-région. Les travaux ont débouché sur une solution visant à juguler la propagation de la pandémie. Il a également été question d’atténuer les conséquences macroéconomiques de la crise sur les économies des États et leurs populations tout en assurant la stabilité monétaire. Des mesures de protection et de relance de l’économie qu’il reste donc à implémenter.

Bertrand Abegoumegne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here