L’Eco de la Cedeao ne verra pas le jour en 2020

0
54
CEDEAO

(BFI) – L’ECO, monnaie unique de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), ne verra visiblement pas le jour cette année 2020. C’est ce qui ressort des conclusions du 57è sommet des chefs d’Etats de la Communauté, où la question a été également à l’ordre du jour.

Les Chefs d’Etats ont ainsi décidé de suivre une nouvelle feuille de route, dont le contenu n’a pas encore été précisé, et qui, virtuellement, renvoie sine die le lancement de cette monnaie commune. Le Sommet s’entend ainsi pour « différer, à une date ultérieure, le lancement de la monnaie unique », tout en prenant en compte la dynamique, originellement impulsée dans les pays de l’Uemoa (Pays Franc CFA), pour réformer leur monnaie.

L’adoption de l’ECO est rendue d’autant plus difficile que les pays ont peu avancé dans la préparation structurelle de leur économie à la monnaie commune, selon les propres critères définis par la Cedeao (rappelons que seul le Togo répond à ces critères de convergence, à ce jour).

Notons par ailleurs, que des pays non-Franc (ZMAO), nommément le Nigeria, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Liberia, et la Sierra Leone ont amorcé des politiques économiques, orientées vers ces critères de convergence.

La faute à la Covid ?

Il faut également relever l’impact négatif qu’aura eu la crise de la Covid-19, somme toute imprévue, sur les économies et la gestion publique des Etats. La pandémie a généré d’importantes difficultés économiques et financières à tous les pays (la plupart vont perdre plusieurs points de croissance cette année), imposé un certain repli sur soi, et mis les administrations face à de nouvelles urgences.  

En conséquence, il a d’ailleurs été décidé d’exempter les Etats-membres du respect des critères de convergence macroéconomique en 2020.

Vers un nouveau pacte de convergence

Les chefs d’Etats ont cependant rappelé « leur détermination à respecter les critères de convergence avant la création de la monnaie unique ». Dans cette perspective, on devrait notamment aller vers un nouveau pacte de convergence et de stabilité macroéconomique, pour l’adoption de la monnaie unique, suivant la prochaine feuille de route.

Ce report, avec le choix de « l’approche graduelle pour le lancement de l’ECO », devrait permettre d’apaiser les tensions entre différents pays, notamment vis-à-vis du Nigeria (70% de l’économie de la Cedeao). En effet, le président Buhari n’a pas manqué de montrer ses « inquiétudes », quant à la direction que prenait l’ECO dans les pays-Uemoa qui, l’an dernier, ont semblé avancer vers l’adoption « de manière unilatérale » d’une nouvelle monnaie en remplacement du CFA. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here