Le Gabon accueille un envoyé de l’Opep

0
38
Le gabon accueille

(BFI) – Le ministre nigérian en charge du secteur pétrolier, Sylva Timipre, a été reçu, le 19 février à Libreville, par son homologue gabonais, Vincent de Paul Massassa. Ce dernier effectue une visite au Gabon en qualité d’envoyé spécial de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) dans les pays africains membres de cette institution (qui défend les intérêts des pays producteurs de pétrole), signataire de la déclaration de coopération.

Signé le 12 avril 2020, cet accord impose aux pays signataires une réduction de la production afin de relever le prix du baril du pétrole qui avait dégringolé de 60 à moins de 20 dollars US suite aux effets induits de la pandémie de la Covid-19.

Au sortir de cette rencontre, le ministre nigérian a déclaré : « le Gabon est un membre respecté de l’OPEP, et nous sommes tombés d’accord sur certains contrats pour l’OPEP. Il a tenu ses engagements et les discussions se poursuivent pour les améliorer. En tant qu’envoyé spécial de l’OPEP, après la Guinée équatoriale, je suis au Gabon pour ensuite me rendre au Soudan ».

La direction générale de l’Économie et de la politique fiscale indique, dans sa dernière note conjoncture, qu’à fin septembre 2020, la production nationale de pétrole brut a fléchie de 0,8% pour se situer à 8,1 millions de tonnes métriques (59,55 millions de barils), du fait de « l’observation des quotas décidés par l’OPEP+ pour réduire l’offre mondiale sur le marché de l’or noir ».

Grâce aux quotas imposés aux États membres de l’OPEP et à un système de compensation sur le temps pour ceux qui n’auraient pas respecté ces limites, les choses se sont rééquilibrées ramenant le baril de pétrole à un niveau fort appréciable, précise le ministère du Pétrole.

Fort de ce résultat, la majorité des membres de l’OPEP ont penché, lors de la 180e réunion de la conférence de l’organisation, tenu 30 novembre 2020, pour une prolongation jusqu’à fin mars 2021 du plafonnement de la production du pétrole à 7,7 millions b/j. Ce qui pourrait contrarier les objectifs du Gabon qui table en 2021 sur une production pétrolière de 10,5 millions de tonnes.

Les discussions se poursuivent entre les 13 pays membres de l’OPEP et leurs alliés pour arriver à un consensus adapté au marché pétrolier. Il est question de trouver un compromis pour éviter une chute des prix du brut consécutive à la deuxième vague de la Covid-19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here