Le Cameroun bénéficie d’une part importante les projets Bdeac

0
40
????????????????????????????????????
(BFI) – Plus gros contributeur de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, le Cameroun bénéficie d’une part importante de l’enveloppe de projets inscrits dans le plan stratégique de la Banque de Développement des États de l’Afrique. Parmi lesquels figurent entre autres l’hôtel 5 étoiles Radisson Blu de Douala, et l’aménagement de la route Batchenga-Ntui.

La Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (Bdeac) a bouclé avec succès ce 29 décembre 2020, l’appel public à l’épargne «BDEAC 5,45 net 2020-2027». Les chiffres délivrés le 5 janvier 2021 par Fortunato-Ofa Mbo Nchama, le Président de cette institution financière sous-régionale, révèlent des souscriptions à hauteur de 106,7 milliards de FCFA, correspondant à un taux de levée de fonds de 106,8%. Bien au-delà de l’enveloppe-plafond de 100 milliards de FCFA fixée par la Bdeac. C’est pour financer son plan stratégique que la banque a sollicité le marché financier sous-régional. Plan donc les sous-stratégies opérationnelles se déclinent au financement de la diversification économique via des projets adaptés aux plans de développement nationaux des Etats (agriculture, pêche, pisciculture, agroalimentaire, élevage etc…), au financement des programmes et projets transfrontaliers intégrateurs inscrits dans le Programme économique régional d’Afrique centrale, à la préservation du portefeuille de la banque par une répartition des engagements dans le secteur public non marchand (20%), le secteur public marchand (40%), et le secteur privé (40%).

Depuis 2017, la Bdeac a effectivement mobilisé auprès des partenaires extérieurs, 9 lignes de crédits d’un montant total de 538 milliards de FCFA, dont 180 milliards de FCFA en trésorerie et 358 milliards de FCFA pour le co-financement des projets ou d’importations de biens et services. Dans le cadre de sa stratégie opérationnelle, la Bdeac prévoit dans son plan quinquennal l’injection d’un plafond de 500 milliards de FCFA dans les économies de la sous-région, soit une production moyenne annuelle de 100 milliards de FCFA. « Trois années après l’adoption du PS 2017-2022, nous pouvons noter que les engagements de la BDEAC sur la période, ressortent 551 milliards de FCFA, soit un taux de réalisation de 110% des objectifs finaux visés » apprendra-t-on de Fortunato-Ofa Mbo Nchama. Le portefeuille de projets actifs de la banque affiche ainsi actuellement, 59 opérations en cours de mise en oeuvre, pour un volume consolidé de 859 milliards de FCFA : « sur la période restante du Plan stratégique, nos prévisions de production indiquent une prise d’engagement supplémentaire de 450 milliards de FCFA », explique le Président de la BDEAC. 

Les priorités, d’après le Président de la Bdeac, reposent sur l’agriculture, l’agro-industrie, l’industrie, les infrastructures, le commerce import-export et les services : «les fonds mobilisés serviront à financer les projets des secteurs privé et public avec des ressources adaptées en termes de maturité, de différé et de taux. En outre, ils permettront de financer la mise en oeuvre des projets intégrateurs prioritaires du Programme économique régional de la Cemac, en monnaie locale. Au nombre des secteurs qui seront impactés, mentionnons ce de l’éducation, du service et tourisme, de l’agro-industrie, de l’agro-pastoral, des finances, de la santé, du transport, de l’énergie, des télécommunications, de l’eau et de l’assainissement», a indiqué Fortunato-Ofa Mbo Nchama.

28 milliards de FCFA de bénéfices

Pour le Cameroun, les fonds de l’emprunt obligataire «BDEAC 5,45% net 2020-2027 serviront ainsi à financer des projets du secteur privé (projet de construction du complexe scolaire Du Vaal à Douala, d’un hôtel 4 étoiles à Douala, de l’hôtel Radisson Blu à Douala, de l’hôtel panafrican plaza à Douala, de l’extension de la capacité de production et de stockage de la station de broyage de ciment à Douala etc….), des projets du secteur public marchand, du secteur public non-marchand (projet d’aménagement hydroélectrique de Lom Pangar, bitumage de la route Kumba-Mamfé, aménagement de la route Batchenga-Ntui etc….), des projets intégrateurs prioritaires du PER Cemac (projet de construction d’un pont sur le fleuve Ntem et de facilitation du transport et de la sécurité routière sur la route transnationale Kribi-Campo-Bata, sur le corridor Yaoundé-Bata, projet de construction de la voie express Lolabé-Campo, le projet d’interconnexion du réseau de fibre optique entre le Cameroun et les autres pays de la Cemac etc…). 

Sous un autre angle, les financements apportés par la Bdeac contribueront au bitumage de 2 000 km de routes dans les zones actuellement difficiles d’accès, permettant ainsi le désenclavement de 3 700 000 personnes, soit 6,7% de la population de la zone Cemac. Dans le secteur de la santé, les travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures hospitalières contribueront à aménager et équiper près de 2.500 lits. Au niveau énergétique, les opérations financées par la Bdeac favorisent l’accès à l’électricité pour près de 500 000 ménages, soit une population totale de 3 500 000 personnes représentant 6,4% de la population de la zone Cemac. En effet,  sur la période du PS 2017-2022, les interventions de la Bdeac contribueront à créer près de 120 000 emplois pendant la phase de mise en œuvre des projets, dont 55 000 emplois directs et 65 000 emplois indirects. En phase d’exploitation, ce sont au total 30 000 emplois directs, indirects et induits qui seront créés. In fine, ces interventions impacteront directement 150 000 familles, soit un échantillon de 1 100 000 personnes. Ce qui représente 2% de la population totale de la zone Cemac. Au cours des 3 dernières années, la Bdeac a obtenu des résultats bénéficiaires à chaque exercice, pour un montant cumulé de 28 milliards de FCFA. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here