La France reporte le remboursement de 89,7 milliards Fcfa de dette du Cameroun

0
152
christophe-guilhou
Christophe Guilhou, Ambassadeur de France au Cameroun

(BFI) – L’objectif de l’initiative prise par les pays du G20 vise à appuyer à la lutte contre le Covid-19. L’accord y relatif a été signée vendredi dernier à Yaoundé.

La pandémie Covid-2019 qui a ébranlé le monde a eu un grand impact sur les économies des Etats dont celle du Cameroun. Cette crise sanitaire a effet entrainé une chute de la croissance du Cameroun de 4,1% à -2,1% du fait du ralentissement généralisé des secteurs productifs de l’économie nationale. Sur le plan budgétaire, l’ordonnance présidentielle de juin 2020 consacre la baisse du budget de 4 951,7 milliards de Fcfa à 4 409 milliards de Fcfa.

La réaffectation des dépenses pour le financement de la riposte du Covid-19, conjuguée à la baisse des recettes de l’ordre de 15%, a creusé le déficit budgétaire de 512 milliards à 986,6 milliards de Fcfa. Face à cette situation, l’ensemble des Etats membres du club des pays les plus riches du monde (G20) ont résolu de prendre des mesures comme la suspension provisoire du règlement du service de la dette pour soutenir les pays en développement comme le Cameroun en vue de dégager des ressources pour la lutte contre la pandémie.

La France pour sa part a décidé d’un rééchelonnement de la dette d’une valeur de 89,7 milliards de Fcfa. Le protocole relatif à cette initiative a été signé vendredi dernier entre le ministre des Finances, Louis Paul Motazé et Christophe Guillou, ambassadeur de France au Cameroun. « La France a une coopération très ancienne avec le Cameroun. C’est dans ce sens qu’elle lui a prêté une somme importante d’argent pour mener des projets de coopération. Mais avec la survenue du Covid-19, elle s’est mobilisée sous l’impulsion de son président Emmanuel Macron afin d’obtenir un moratoire, une suspension du remboursement de la dette », a déclaré Christophe Guillou.

Le montant potentiel à rééchelonner par l’ensemble des partenaires du G20 s’élève à 123,1 milliards de Fcfa. Avant la signature de l’accord avec la France, cinq conventions bilatérales de rééchelonnement ont été signées pour un montant de 30,25 milliards de Fcfa. Ce montant est porté à 119,95 milliards de Fcfa depuis vendredi18 décembre dernier.

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here