La BAD pourrait financer le développement des projets d’entreprises dans le secteur des BTP, des transports et de l’énergie au Cameroun

0
35
Construction continues on a new road being built in Durban

(BFI) – Le Cameroun pourrait bénéficier d’un financement de 35 milliards de FCFA, environ 63 millions de dollars, pour le financement et le développement des entreprises à travers le Projet d’appui à la promotion de l’entreprenariat, à l’amélioration des compétences et à la compétitivité dans les secteurs des Bâtiments et travaux publics (BTP), des transports et énergie (PEACC).   

Les travaux de pré-validation des études de faisabilité entre le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement camerounais ont permis de s’accorder sur les grandes lignes du projet, dont l’objectif est de développer des compétences chez les jeunes entrepreneurs et d’amener les entreprises à être plus compétitive à travers la formation acquise. L’un des objectifs du Cameroun à travers le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE de réduire le sous-emploi de 75% à 50% à l’horizon 2020 n’a pas été atteint.

Il est question de mettre l’accent sur la formation non seulement pour renforcer la compétitivité des entreprises, mais également, favoriser la création des activités génératrices de revenus à travers l’auto-emploi. Le projet mis sur les rails depuis 2016 et piloté par le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle vise une mutualisation des efforts dans la perspective de créer une chaîne de valeurs permettant de renforcer la compétitivité de l’économie nationale. D’après des sources, des jeunes excellent dans la création des Startup notamment dans les domaines de pointe et de l’innovation.

Les études en cours menées par un cabinet Sénégalais dédié en la matière permettront notamment d’identifier toutes les chaines de valeur des secteurs porteurs, de faire leurs liens avec les Technologies d’information et de communication (TIC), d’analyser et d’identifier les métiers qui concourent au renforcement de ces liens, de réaliser un diagnostic approfondi des besoins en formation dans les secteurs porteurs ciblés, d’évaluer les infrastructures nécessaires pouvant satisfaire les besoins dans secteurs ciblés.

Le projet en cours rentre en droite ligne de la stratégie de la BAD pour l’emploi des jeunes en Afrique qui vise la création de 25 millions d’emplois à l’horizon 2025.

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here