Éditorial: De grands progrès surgiront des troubles présents

0
91
ABEGOUMEGNE BERTRAND

(BFI) – La tentation est forte aujourd’hui, dans la plupart des pays que compte la planète, d’envisager l’avenir avec inquiétude, de façon pessimiste, en craignant le pire. Et, de fait, l’accumulation des problèmes que génèrent la compétition de plus en plus agressive des grandes puissances, la montée des extrémismes religieux et autres fanatismes, l’explosion générale de la pandémie du coronavirus, les tensions économiques et sociales qui en résultent n’incitent guère les peuples à l’optimisme.

Regardons cependant la vérité en face : toutes les conditions sont au contraire réunies pour que le meilleur sorte des troubles actuels et que la raison l’emporte sur la passion. Si, en effet, la crise actuelle ouvre les yeux de l’humanité sur la nécessité impérative de s’entendre pour combattre les maux qui la menacent sous toutes les formes l’on peut être certains que de grands progrès surgiront des troubles présents.

Prenons, pour illustrer ce propos qui semblera peut-être utopique à certains de nos lecteurs, le cas du Congo, ce pays d’immense forêt d’Afrique Centrale et plus généralement d’ailleurs de l’immense bassin fluvial dont celui-ci fait partie. Situé dans l’une des zones géographiques potentiellement les plus riches de la planète, habité par une population jeune et ambitieuse, s’employant à stabiliser son environnement afin d’en tirer le meilleur parti, étant de plus en plus ouvert sur le vaste monde grâce au développement des nouvelles technologies, il a en réalité entre les mains toutes les cartes nécessaires pour résoudre les problèmes présents et se bâtir un avenir serein.

Que dire du Cameroun, l’Afrique en miniature comme on l’a souvent baptisé, plus précisément dans la partie anglophone où les revendications des avocats et enseignants ont réduit en cendre et à sang toute une économie aux belles allures. Les start-up camerounaises installées dans la « Silicon Mountain » en souffrent encore de ses conséquences. Mais le vaste plan de reconstruction de ce territoire, important pour le pouvoir en place, présage un développement urbain et économique, la restauration de la cohésion sociale, la reconstruction et la réhabilitation des infrastructures de base et la redynamisation de l’économie locale.

L’essentiel, dans un tel contexte, est de faire en sorte que la stabilité qui a permis les progrès de toute nature dont nous bénéficions aujourd’hui se perpétue tout au long des années et des décennies à venir. Autrement dit que loin de nous laisser abattre par les difficultés du temps présent, nous nous employons à en tirer de nouvelles avancées. Un devoir qui n’a rien d’utopique si chacun de nous, à la place qu’il occupe au sein de la société, prend la juste mesure de ses devoirs et de ses responsabilités. Garder l’espoir est bien la véritable clé des temps prochains.

Bertrand Abégoumégné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here