“95% des stations-services sont ouvertes en France”, assure le patron de Total

0
130
PDG TOTAL
Patrick Pouyanne, Président-Directeur Général de Total
(BFI) – Invité par RTL ce matin, Patrick Pouyanné, PDG de Total, revient sur la mise en place des mesures de confinement pour le géant pétrolier qui compte 100.000 salariés dans 130 pays, dont 35.000 personnes en France.

Face à la crise du coronavirus, comment s’organise une entreprise comme Total ? Le géant pétrolier compte 100.000 salariés dans 130 pays, dont 35.000 personnes en France. “On a appris à travailler différemment“, assure Patrick Pouyanné, son PDG, invité de RTL ce mercredi 6 mai. 

En France, on a près de 18.000 qui sont partis en télétravail“, précise-t-il. “Et puis, notre priorité, c’est bien sûr d’assurer la continuité de service pour nos clients“. Ainsi, 95% des stations-service sont ouvertes en Francemême si “la consommation d’essence en France a baissé de 50%”

Malgré tout, “elles ont pu continuer parce qu’on a pris les précautions qui s’imposaient“, explique le grand patron. “Le port du masque est obligatoire chez nous, le lavage des mains, la distanciation sociale“. Quant à ceux qui étaient sur le terrain : “dans des raffineries, sur les plateformes de production de par le monde“, des “précautions particulières” ont été prises.

Patrick Pouyanné a par ailleurs précisé quaucune raffinerie ne sera fermée en raison de la crise de coronavirus. En revanche, certains pourront l’être à plus long terme “de façon structurelle“. “Ce n’est pas parce que la consommation baisse que des raffineries vont fermer. Il n’y a pas de raison de fermer des stations-service non plus. C’est même l’occasion pour nous de montrer que nous sommes présents dans les territoires“, a-t-il ajouté. 

En mer, “un exercice compliqué”

Comment cela passe une telle situation sur une plateforme offshore en mer, un environnement, par nature, confiné ? En s’assurant “que chaque équipe qui va monter à bord, tous les mois, est contrôlée“, répond Patrick Pouyanné. “Cela été un exercice compliqué puisqu’il a fallu que les personnes arrivent dans les pays concernés à peu près 15 jours avant, pour les mettre à l’isolement“, explique-t-il. 

Maintenant, on commence à utiliser des tests“, précise-t-il encore. “C’est dire que si on identifie un cas, on va tester l’ensemble des personnes à bord de façon à s’assurer qu’il n’y a pas de contamination“. Et dans les faits, “à part deux petits cas en mer du Nord, le reste du système a très bien fonctionné“.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here