On craint une troisième vague de contamination de la pandémie du Coivid-19 au Cameroun

0
134

(BFI) – Le Cameroun subit une augmentation de cas de Covid-19 depuis quelques jours. Yaoundé en particulier fait face au retour des cas asymptomatiques, absents de la ville depuis deux mois et la diffusion des Fake news sur la Toile continue de semer la confusion au sein de la population.

La situation est d’autant plus alarmante avec la circulation du variant Delta, détecté depuis mai dans les villes de Yaoundé et Douala. « Certes, il n’a toujours pas été démontré que le variant Delta est plus sévère que les autres variants, mais sa vitesse de transmission demeure plus élevée. Il augmente à ce titre les cas sévères, les hospitalisations et le nombre de morts », alerte Dr Sara Irène Eyangoh, directeur scientifique au Centre Pasteur du Cameroun. L’on craint alors une troisième vague. Ceci à l’heure où le pays vient de perdre 4910 doses de vaccin AstraZeneca sur les 391 200 reçues, avec un taux de personnes vaccinées de 0,7%.

Malgré les efforts consentis au cours de la campagne élargie de vaccination organisée par le ministère de la Santé publique le mois dernier, une partie de la population continue de douter de l’efficacité du vaccin contre le Covid-19. « Plusieurs personnes affirment sur Internet que tous ceux qui se sont vaccinés vont mourir dans deux ans. Certains disent même que ces vaccins rendent les femmes stériles. Je veux bien me vacciner, mais mon cœur pèse », confie une habitante de Yaoundé. Le Minsanté met en garde contre ces internautes qui induisent en erreur : « Ceux qui vont sur les réseaux sociaux pour raconter des histoires contre le vaccin sont déjà immunisés. Ils sont à l’abri de la maladie mais vont décourager les autres. L’objectif étant simple, il faut que les gens puissent tomber malades pour consommer les médicaments. Au cas contraire, les vendeurs d’équipements dédiés aux centres respiratoires par exemple ne vont plus vendre », explique le Dr Manaouda Malachie.

Afin de permettre à toute la population d’être au même niveau d’information, le secrétaire permanent du Programme élargie de la vaccination revient dès lors sur l’efficacité et la durée de protection des vaccins AztraZeneca, Johnson and Johnson et Sinopharm.

« La vaccination protège assez longtemps » Dr Shalom Tchokfe Ndoula, secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination

Quelle est la durée de protection des vaccins à deux doses ?

Pour l’instant, on n’a pas encore déterminé avec exactitude la durée de protection d’un vaccin à deux doses. Néanmoins, les personnes qui ont été vaccinées depuis le début du déploiement de la vaccination dans nos différentes régions sont toujours protégées. Pour chaque vaccin, il faut prendre assez de temps pour déterminer avec exactitude combien de temps peut durer la protection.

On sait néanmoins que la protection va au-delà d’un an. Pour ceux qui ne réagissent pas de façon efficace à la vaccination et qui ont un système humanitaire qui ne stimule pas assez, on recommande dans certains pays de prendre la troisième dose. Par contre, au sein d’une population jeune comme la nôtre, où des gens réagissent de façon rapide à la vaccination sur le plan immunitaire, on peut conclure que la vaccination protège assez longtemps.

Qu’en est-il de Johnson and Johnson dans ce cas ?

Johnson and Johnson a la même durée de protection que les autres vaccins, même s’il est administré en une seule dose. Il possède pratiquement tous les variables au même titre que les deux autres. Il a la même durée de protection que Sinopharm et AstraZeneca, et son efficacité est aussi comparable à celles des autres vaccins. Pour l’instant, on continue de recommander de le prendre en une seule dose.

Les vaccins actuels sont-ils efficaces contre les variants Alpha, Beta et Delta ?

Les données qui ont été publiées soutiennent que les vaccins donte nous disposons sont efficaces contre les trois variants présents au Cameroun. Dès lors, on compte sur l’effet de la vaccination pour réduire la courbe des contaminations, prévenir les formes graves de la maladie et les décès. Face à une pandémie qui consomme à la fois nos ressources humaines, financières et matériels, notre objectif est d’avoir moins de malades en hospitalisation en cas de troisième vague. D’autant plus qu’on se rend compte que les personnes les plus touchées par cette pandémie sont pour la plupart non vaccinées. Raison pour laquelle, nous invitons les uns et les autres à se faire vacciner au plus vite.

Une troisième dose est-elle envisageable au Cameroun ?

Je ne peux pas affirmer avec certitude qu’on n’arrivera pas à ce stade mais, pour l’instant, nous ne sommes pas encore au niveau de la troisième dose. Notre objectif est de permettre à un maximum de personnes de se faire vacciner afin de réduire l’effet de la pandémie sur les services essentiels comme celui de la santé. Mettre un accent particulier sur les personnes vivant avec des comorbidités, les personnes âgées et les personnels de santé. Néanmoins, la science évolue, on verra si de nouvelles données encouragent l’administration locale d’une troisième dose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here