Louis Paul Motaze accélère la finalisation de la Cameroon-Re

0
61
(BFI) – Pour le ministre des Finances, la Société de réassurance du Cameroun crée en 2019, permettra d’augmenter les capacités de souscription et de rétention des primes sur le marché local revèle EcoMatin.

En procédant ce 4 juin 2021, à l’installation du nouveau bureau exécutif de l’Association des sociétés d’assurances du Cameroun (Asac), le ministre des Finances, autorité tutélaire, a formulé quelques attentes majeures à l’endroit de ce groupement. Louis Paul Motaze a également mis un accent particulier sur la finalisation de la création de la «Cameroon-Re» (Cameroon reinsurance corporation), qui d’après le membre du gouvernement, contribuera à augmenter les capacités de souscription et de rétention des primes sur le marché local. Cette nouvelle institution a été annoncée en 2019.

Prévue pour démarrer avec un capital de 15 milliards de FCFA, l’actionnariat de la Cameroon-Re, sera réparti entre les compagnies d’assurance et de réassurance locales (51%), un partenaire stratégique, réassureur de préférence (34%), l’Etat du Cameroun (10%) et les divers actionnaires (5%).

Depuis l’annonce de sa création, les pourparlers tournent autour de la constitution juridique et la libération du capital. L’objectif principal de la Société de réassurance du Cameroun est de renforcer les capacités des entreprises locales d’assurance, diversifier l’offre de couverture assurancielle… Le processus de mise sur pied de cette société bloque également dans le choix d’un partenaire privé stratégique de référence, pour un accompagnement stratégique, technique et financier, phase cruciale pour son entrée en phase de notation.

Revenant à l’Asac, le ministre des Finances a toutefois déploré le laxisme observé dans le règlement tardif des sinistres, le non-respect des clauses contractuelles, qui, selon lui, «sont des étiquettes sombres qui collent souvent aux sociétés d’assurances». Louis Paul Motaze a par ailleurs instruit la mise en place des dispositions nécessaires à l’encadrement efficace des réseaux de l’Asac pour la sauvegarde des deniers publics, l’opérationnalisation effective dans les meilleurs délais de la plateforme de centralisation des attestations de paiement automobiles, l’assainissement du marché en synergie avec la tutelle, le suivi rigoureux de la plateforme de contrôle des attestations d’assurance automobile, ainsi que la centralisation de la commande desdites attestations, la finalisation de la révision des textes de l’Asac, le respect des dispositions réglementaires relatives à l’amélioration de la cadence de règlement des sinistres aux assurés et bénéficiaires des contrats d’assurances. «Il faut crédibiliser les marchés des assurances et conforter la clientèle», a conclu le ministre des finances.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here