Les entreprises camerounaises publiques et privées tiennent une nouvelle possibilité de financement

0
132
Motaze

(BFI) – Le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a signé le 22 juillet dernier avec les acteurs du secteur bancaire la convention permettant aux entreprises publiques et privées d’obtenir des créances. Il s’agit de la facilité de garantie des prêts bancaires au titre des emprunts intérieurs. La cérémonie de signature des conventions a eu lieu à Yaoundé.

Sont donc éligibles à cette facilité, les entreprises opérant dans les secteurs prioritaires retenues dans la stratégie nationale de développement 2020-2030, mais aussi celles impactées par le Covid-19. Le plafond de cette dotation est fixé à 200 milliards de Fcfa soit 70% pour les structures privées et 30% pour les entreprises publiques. Elle était jusqu’ici de 45 milliards de Fcfa.

D’après Gilbert Didier Edoa, Secrétaire Général du Ministère des Finances, cette garantie couvrira une partie du montant du prêt (50% pour les grandes entreprises et 70% pour les PME). Il est aussi possible d’aller jusqu’à 80% pour les entreprises opérant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. « Le secteur bancaire s’en tire avec un plafond de garantie de portefeuille de 170 milliards de F et entend saisir l’opportunité que lui offre cette convention pour en tirer le meilleur parti et contribuer davantage à la relance économique de notre pays, au financement des entreprises impactées par le Covid-19, celles du NoSo… », a expliqué Alphonse Nafack, président de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam). Son collègue de l’Association nationale des établissements de microfinance du Cameroun (Anemcam) a également apprécié la prise en compte de ce regroupement dans ce soutien aux entreprises.

Avec ces alliés, l’Etat n’entend ménager aucun effort pour soutenir les entreprises dans un contexte difficile. « La facilité mise en œuvre par l’Etat du Cameroun à travers une garantie de portefeuille se veut être un instrument utile pour faire repartir les entreprises impactées par la crise sanitaire soit en couvrant leurs besoins en fond de roulement, soit en appuyant leur programme d’immobilisations corporelles. Elle vise également à donner une impulsion vigoureuse pour la relance de notre économie sur le long terme », a affirmé le Minfi.

Selon Louis Paul Motaze, les PME qui représentent l’essentiel du tissu économique seront des bénéficiaires privilégiés de cette facilité. Pour en bénéficier, il faut soumettre une demande de garantie de l’entreprise à l’établissement bancaire. Ce dernier va ensuite vérifier si l’entreprise remplit les conditions d’octroi de prêt et formuler un pré-accord avant de transmettre le dossier au Minfi. Ledit dossier sera ensuite transmis au comité national de la dette publique qui donne son avis puis renvoie le dossier au Minfi qui appose son avis favorable ou non, avant transfert à la banque pour déblocage des fonds. Ce processus ne devra pas excéder 10 jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here