Les bons points du secteur gabonais des assurances

0
124
Andrew Gwodog
Andrew Gwodog, Administrateur directeur général la Société Commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-Ré) déterminé pour renforcer la position de l'entreprise en Afrique centrale.

(BFI) – Malgré l’environnement difficile renforcé par la crise sanitaire liée au Coronavirus, le marché gabonais des assurances a enregistré de bons résultats en 2020, réalisant un chiffre d’affaires de 104 milliards de FCFA, soit environ 190 millions de dollars, ce qui représente une progression de près de 3% par rapport au précédent exercice.

L’année qui s’achève a été un bon cru pour le secteur gabonais des assurances en dépit de la pandémie du Civid-19 qui impacte négativement sur les activités. Toutes les branches confondues ont enregistré de bons résultats, a indiqué la Fédération gabonaise des sociétés d’assurances (FEGASA). Ainsi, le chiffre d’affaires s’est établi au 31 décembre 2020 à 104,1 milliards de FCFA contre 101,1 milliards de FCFA (184 millions de dollars) l’année précédente.

Ces chiffres représentent une hausse de 3 milliards en valeur relative, soit 2,63% en valeur absolue. La branche Dommages aux biens et responsabilités (IARD) représente 78,56% du marché, tandis que la branche Vie représente 21,44%. Dans les détails, la branche IARD s’élève à 81,8 milliards, contre 80,8 milliards, soit une progression de 1,52%. Avec 22,3 milliards en 2020 contre 80,8 milliards l’exercice précédent, la branche Vie a connu une forte progression, soit 6,91%.

« Ces performances illustrent bien la solidité du marché gabonais qui a su s’adapter au nouvel environnement. Le fait que le chiffre d’affaires soit soutenu par la branche Vie prouve à suffisance que les modèles de souscription ont évolué. La Covid-19 étant une pandémie qui touche l’humain avec pour conséquence ultime le décès, la perte d’emploi, la baisse des revenus, cela a emmené nos clients à prendre beaucoup plus de précautions, et être prévoyant en souscrivant des contrats d’assurances vie », a expliqué la FEGASA. Par ailleurs, la baisse des activités du segment IARD « s’explique par l’impact des différents mesures gouvernementales (fermeture des frontières terrestres, arrêt aux limitations des vols nationaux ou internationaux, ainsi que des transports terrestres et maritimes) qui ont été prises pour contenir la propagation de la Covid-19 », a souligné le président de la FEGASA Andrew Gwodog.

A l’analyse, l’on se rend compte que le marché gabonais des assurances s’est montré résilient malgré l’impact négatif du coronavirus sur les activités économiques. La classification par entreprise place ASSINCO au peloton de tête des IARD avec un chiffre d’affaires de 20,8 milliards soit 20 % de ce segment alors que la société Ogar conserve son leadership dans la branche Vie avec un chiffre d’affaires de 10,4 milliards, ce qui représente 46% du marché dans ce segment.  L’autre élément positif de l’activité, c’est la capitalisation qui a explosé, passant de 80,15 millions de francs en 2019 à 7,6 milliards en 2020, soit une hausse de 8842 % en valeur absolue.  

« Le classement 2020 des compagnies d’assurances du marché gabonais nous permet de constater le passage de flambeaux des plus anciennes sociétés au profit des nouvelles. Cela démontre à suffisance que des nouveaux leaders du marché gabonais des assurances dans la branche Dommages ont su se différencier par l’innovation, l’amélioration de la qualité du service au client et le développement des nouvelles technologies. Cette dynamique a contribué significativement à la progression de leurs parts de marchés », a indiqué le président de la FEGASA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here