Le Port de Kribi, un levier de développement à vocation régionale

0
281

(BFI) – La mise en exploitation de ce projet structurant constitue un atout pour le renforcement de la compétitivité de l’économie nationale.

Le Port Autonome de Kribi (PAK), opérationnel depuis le 02 mars 2018, assure la gestion, l’exploitation, la maintenance, l’entretien du port et des installations de la composante portuaire du complexe industrialo-portuaire de Kribi. Ce port disposant d’outils modernes et performants a une double vocation, notamment combler le déficit du pays en infrastructures portuaires, et élever le niveau national en matière de technologies modernes de la chaine d’approvisionnement maritime et portuaire.

Outre les 80 m de quais de soutien en offshore, les 2 Terminaux pétroliers, le terminal gazier et la zone logistique qui s’étend sur plusieurs milliers d’hectares, le port dispose actuellement de 615 m de linéaire de quai réparti en deux terminaux. Le Terminal à Conteneurs avec ses 350 m de quai est exploité par Kribi Conteneurs Terminal (KCT), filiale du Groupe Bolloré, est capable de traiter 350.000 EVP par an.

Le Terminal Polyvalent qui couvre 265 m de quai, dispose d’une capacité de traitement de 1,2 MT par an. Depuis le 20 juillet 2020, son exploitation a été confiée à Kribi Multipurpose Terminal (KMT), filiale camerounaise de la firme International Container Terminals Services incorporation (ICSTI).
L’activité connaît une courbe évolutive, avec des volumes de trafics de 8.533 231 MT en 2019 contre 7.019 693 MT en 2018, soit une progression de 17%. Les principaux produits exportés sont le gaz, les produits pétroliers, le bois et le coton, ce qui en fait le leader sous-régional en matière de trafics à l’export. Le Port de Kribi est réalisé sur deux portions de travaux : la première est achevée. La seconde est en cours.

La vision construite et matérialisée par le Schéma Directeur d’Aménagement Général (SDAG) du Complexe Industrialo Portuaire de Kribi (CIPK) prévoyait un développement par phases mais concomitant de ses composantes.

La première phase du projet, axée sur la composante portuaire a démarré en 2011 et s’est achevée en 2014. Elle a été réalisée sous la forme d’un contrat Engineering, Procurement, and Construction (EPC) par la société Chinoise CHEC pour un coût total de 497 MUSD. Son financement a été assuré à 85% par un prêt accordé par Eximbank-China et à 15% par l’Etat du Cameroun.
La première phase de construction a permis de réaliser un linéaire de quai total de 615 mètres, une digue de protection des ouvrages portuaires de 1355 mètres, d’acquérir divers équipements de manutention portuaires et de construire des bâtiments et des voiries et réseaux divers (VRD). Cette phase 1 du Port en eau profonde de Kribi a notamment permis les accomplissements la réalisation des infrastructures de base.

Après la première phase qui a le mérite de rendre cette infrastructure opérationnelle, la seconde phase devrait consolider les acquis, et ouvrir le port vers d’autres perspectives.
Celle-ci est réalisée selon le mode EPC, par l’entreprise CHEC pour un coût total de 793 MUSD (soit environ 400 Mds F. CFA). Les modalités de financement seront analogues à celles de la 1ère phase, avec un financement bancaire concessionnel accordé par Eximbank China à hauteur de 85% du montant total des travaux. Les 15% restants constitueront la contrepartie à apporter par le Gouvernement camerounais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here