Le Port autonome de Douala fait payer la pesée des camions de transport de blé aux meuniers camerounais

0
335
Pesage

(BFI) – Le Port autonome de Douala (PAD) vient d’instaurer un système de pesées systématiques des camions de marchandise dans la zone portuaire. Cela, pour s’arrimer aux standards internationaux et réduire le coût des opérations d’export-import.

Le port autonome de Douala (PAD), entreprise chargée de la gestion de la plateforme portuaire de la capitale économique camerounaise, a confié à un sous-traitant la pesée des camions dans l’enceinte portuaire. Aussi, cette prestation jadis gratuite est-elle devenue payante, à hauteur de 12 000 FCFA par pesée, apprend-on de bonnes sources.

Cette nouvelle donne provoque des grincements de dents au sein du Groupement des industries meunières du Cameroun. Les membres de cette organisation corporatiste réclament ni plus ni moins que la suppression de ces frais et le retour à la gratuité des pesées, et menacent de répercuter cette nouvelle charge sur le prix du sac de farine.

D’après Alfred Momo Ebongue, secrétaire général du groupement des industries meunières du Cameroun: «nous avions nos propres installations dans l’espace portuaire avec nos agents maritimes qui assuraient cette tâche», lit-on.

La pesée des marchandises devenue payante puisque confiée à une nouvelle structure, révolte les meuniers. D’après Alfred Momo Ebongue, «s’il arrive qu’on les contraigne finalement à payer cette nouvelle charge, ils vont devoir la répercuter sur le prix du kilogramme de la farine et par ricochet des produits fait à base de cet ingrédient notamment le pain et les beignets», peut-on lire.

Conséquence, le sac de 50 KG de blé qui coûte 16500 FCFA en ce moment, risque de passer à «17500 FCFA si le payement de la pesée est maintenu», lit-on.

D’après le SG du groupement des industries meunières du Cameroun, «il faut dire que pour 20 000 tonnes de blé, l’opérateur a besoin de 100 camions de 20 tonnes pour transporter le produit jusqu’au lieu de la commande. Cela fait près d’1, 2million de FCFA que la structure demande en plus d’autres frais à payer», note notre confrère.

Il poursuit en disant qu’entre autres frais, «les 729 FCFA en termes de redevance sur la marchandise et la redevance de sûreté (4% de la redevance marchandise), pour nous, elle est double emploi».

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here