Le groupe UBA suscite le débat avec des dirigeants africains

0
115
uba

(BFI) – Les leaders mondiaux de la deuxième édition des UBA Africa Conversations ont souligné la nécessité de collaborations significatives entre les gouvernements et le secteur privé comme panacée pour la reprise rapide de l’économie du continent africain après le Covid-19. Cette rencontre virtuelle du 25 mai 2020 initiée par UBA a connu la participation de 8 panélistes et a été suivi par des milliers d’internautes via la chaîne Youtube du Groupe UBA.

Les échanges baptisés « UBA Africa Conversations » ont eu lieu parallèlement à la célébration de la journée de l’Union africaine célébrée tous les 25 Mai.

A la lecture globale des échanges, l’on peut conclure que les participants sont unanimes. La COVID-19 a mis à nu le système de santé africain. Et partant, elle prédit pour l’économie du continent des lendemains douloureux. Face à cet état de choses, ce sont les systèmes de protection imaginés par certains pays qui sont mis en avant.

Dans sa communication, le président libérien, George Weah, a établi le fonctionnement des collaborations au sein de son gouvernement pour tenter d’endiguer les souffrances provoquées par la pandémie de coronavirus. «Au Libéria, nous avons pris des mesures pour alléger la charge financière pesant sur les entreprises vulnérables du secteur informel en accordant une petite assistance financière aux PME et aux commerçants. De plus, nous travaillons avec des banques commerciales pour gérer le remboursement des prêts ainsi que pour créer des plans de relance pour les citoyens. » a déclaré le Président libérien, Georges Weah. Le déclin de l’économie formelle comme informelle, l’effondrement de la protection sociale ; ce sont là les démons qui menacent de hanter l’Afrique si elle ne fait pas montre d’ingéniosité. Pour repousser la nébuleuse, il faudra se départir en proposant des solutions qui ressemblent à l’Afrique.

Dans cette perspective, la recommandation du professeur Okey Oramah, Président de la banque africaine d’export-import-AFREXIMBANK, est intéressant : « Il nous faut non seulement des infrastructures, mais aussi des politiques économiques appropriées pour stimuler la croissance et gérer des événements tels que ceux auxquels nous assistons aujourd’hui ». Mais rien ne pourra se faire sans une synergie d’actions sur le continent. Tout en soulignant aussi que la pandémie représente une opportunité pour l’Afrique d’être indépendante et de promouvoir sa croissance et son développement en tant que peuple sans aide extérieure; Le professeur Benedict Okey Oramah, pour sa part, a déclaré que COVID 19 a enseigné à l’Afrique qu’il arrive un moment où chaque groupe de personnes se débrouillera pour lui-même. Il a appelé à la mise en œuvre rapide de l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), ajoutant: «La priorité du gouvernement devrait être de veiller à ce que la ZLECA soit mise en œuvre sans délai. S’il y avait le moindre doute sur l’importance de cet accord, cette pandémie nous a dit que c’était la voie à suivre. »

Ainsi donc, Tony Elumelu modérateur de la session live via Zoom n’a pas manqué de souligner le rôle combien crucial de l’unité africaine. « Ce n’est pas le moment de pointer du doigt, mais celui des efforts de collaboration des gouvernements et des organisations pour lutter contre la pandémie à l’échelle mondiale », a fait observer le président du Groupe bancaire UBA.

Dans tous les cas, la jeunesse sera le fer de lance de toutes les propositions précédemment citées. Inexorablement, les défis ne pourraient être relevés sans elle. Son concours est d’autant plus important à en croire le Président du comité international de la Croix-Rouge dans la dissémination des services à proposer en urgence aux communautés. A ce sujet, le mérite de la Fondation Tony Elumelu faisant figure de modèle, a été salué pour son immense contribution au développement durable de l’Afrique à travers le financement de 100.000 jeunes entrepreneurs.

Le Président sénégalais, Macky Sall, annoncé à ce rendez-vous n’a pu l’honorer de sa présence en raison d’un impondérable. Cette rencontre virtuelle initiée par UBA a connu la participation de 8 panélistes et a été suivi par des milliers d’internautes via la chaîne Youtube du Groupe UBA.

André Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here