« Il s’agit d’un accord bipartite entre notre Groupe Sanlam et le groupe NSIA » Simon Pierre Gouem, DG de Sanlam Togo.

0
67
Simon Pierre Gouem
Simon Pierre Gouem, DG de Sanlam Togo

(BFI) – Très attendu depuis environ 3 ans à la suite du mariage africain de l’année 2018 – une absorption du Marocain Saham Assurances pour 1,1 milliard $ – le Sud-africain Sanlam affiche peu à peu sa stratégie en Afrique francophone.

Le plus important assureur d’Afrique depuis l’absorption du géant marocain redistribue ses cartes. Un redéploiement stratégique, s’appuyant notamment sur la « rentabilité » et ses « avantages comparatifs », a soutenu vendredi 24 septembre dernier, le management de la filiale togolaise dont l’annonce en début de semaine de la cession de sa branche vie au profit de l’Ivoirien NSIA Assurances a été diversement accueillie. « Il s’agit d’un accord bipartite entre notre Groupe Sanlam et le groupe NSIA », a nuancé, d’entrée, Simon Pierre Gouem, le DG de Sanlam Togo. 

« C’est ainsi que Sanlam a cédé dans le cadre de cette opération ses filiales Vie du Togo et du Gabon, ses filiales non vie du Congo et de la Guinée au groupe NSIA. Elle a, dans la foulée, racheté les filiales Vie et Non-Vie du groupe NSIA au Mali », détaille-t-il. Pour le responsable à la tête de l’ex-Saham depuis 2018, il s’agit surtout d’une « opération de stratégie financière, chaque groupe réalisant une affaire opportune qui s’arrime à sa vision de développement et de rentabilité »

Au Togo, Sanlam compte progresser en terrain sûr, en misant sur les forces de Saham, leader du marché local de l’assurance non vie, avec 13 milliards FCFA en 2020, contre seulement 1 milliard pour la branche Vie. 

« Nous avons cédé la filiale vie de Sanlam pour une question stratégique. C’est une filiale qui est nouvelle et dans la stratégie du groupe, tout ce que nous développons doit être profitable. Compte tenu des résultats de la filiale Vie qui ne sont pas encore visibles, l’option stratégique a été de céder pour apporter un plus à l’assurance non vie. Surtout en ce qui concerne le Togo où depuis longtemps, nous sommes très forts, le leader dans cette branche », a expliqué Simon Pierre Gouem qui se veut rassurant vis-à-vis des partenaires. 

« Nous voulons rassurer nos partenaires, nos clients que cette opération n’entachera pas la qualité de nos services. Mieux, elle renforcera notre assise financière, notre appétence à couvrir les risques redoutés par nos assurés et nos prospects », rassérène l’assureur.

Aussi, cette cession devrait-elle confirmée par le ministre de l’économie et des finances qui dispose de trois mois pour statuer sur la conformité de l’opération.

Pour rappel, c’est en mai dernier que Saham Assurances a pris officiellement les couleurs de Sanlam, le Sud-africain. Ce dernier, très fort sur les produits vie, avait racheté en 2018 pour 1,1 milliard $ Saham Assurances, entre autres afin de profiter d’un effet de complémentarité avec le Chérifien, performant sur le secteur IARD (non-vie). Avec cette acquisition, Sanlam est devenu le premier assureur africain avec une présence directe dans 32 pays d’Afrique – 44 par le biais de coentreprises et de partenariats. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here