Faire de l’aéroport international de Douala un hub dans la sous-région

0
69
aeroport-de-douala_vue

(BFI) – L’aérogare a bénéficié d’attentions particulières ces dernières années, en vue de l’arrimer aux normes internationales en la matière.

C’est pour atteindre cet objectif que le gouvernement camerounais a entrepris, il y a quelques années, la rénovation et la modernisation du site. Il s’est agi, pour l’essentiel, d’engager la réhabilitation de l’infrastructure.

On retiendra ainsi que du 1er au 21 mars 2016, l’aéroport avait été fermé pour un ensemble de travaux. Le 22 mars de la même année, la piste d’atterrissage, qui fait 2850 mètres de long, était rouverte dans l’entièreté de sa longueur au trafic.

Elle avait été reprofilée par endroits, et reçu, là où c’était nécessaire, des couches de béton bitumineux aéronautique. Rappelons aussi que les abords de ladite piste avaient également été « traités » : la bande de sécurité, large de 70 mètres à partir des accotements, avait été dégagée avant la pose de gravillons et l’engazonnement ultérieur, l’objectif étant d’en améliorer la capacité portante.

Dans la foulée, les Aéroports du Cameroun (Adc) avaient acquis du nouveau matériel : six tapis à bagages ainsi que quatre nouveaux tracteurs de manutention. Il faut dire que le fret n’a pas été oublié dans cette vaste opération de modernisation de l’aéroport international de Douala.

Le programme de réhabilitation prévoyait aussi la rénovation et la reconfiguration de l’aérogare Passagers – dans le cadre de la composante B du projet. Autant de travaux qui visaient à faire en sorte que nos aéroports d’une manière générale, et l’aéroport international de Douala en particulier, s’arriment aux normes internationales.

L’objectif étant de garantir la sécurité de la navigation aérienne, mais aussi de faire en sorte que les aéroports camerounais soient attractifs. Qu’il y ait de plus en plus de compagnies qui viennent au Cameroun. L’objectif du gouvernement, sur ce plan, c’est la certification de nos aéroports internationaux par l’Organisation de l’Aviation civile internationale (Oaci).

A côté des travaux qu’on dira lourds, des aménagements sur le court et moyen termes avaient été initiés, portant par exemple sur la centralisation de l’inspection-filtrage des bagages et l’aménagement des boutiques, ainsi que sur des études architecturales en vue d’aménagements pour l’accueil des délégations de la CAN 2019, des commandes pour la maintenance du matériel de piste, etc.

Bon à savoir, l’aéroport international de Douala a enregistré 1,03 million de passagers au cours de l’exercice 2017, soit une hausse de 13% par rapport à 2016, selon des chiffres des ADC.

Christian Trésor Adong Baliaba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here