Au Cameroun, les recettes d’exportations ont connu une belle amélioration au premier semestre

0
109

(BFI) – Le bilan fait par l’Institut national de la statistique au premier semestre 2021 indique une augmentation de l’ordre de 191 milliards par rapport à l’année dernière.

Au premier semestre 2021, les recettes d’exportations du Cameroun ont augmenté. Une embellie par rapport à la même période l’année dernière où, du fait du Covid-19, les échanges commerciaux, étaient quelque peu contractés.

Ainsi d’après la note sur le commerce extérieur que vient de publier l’institut national de la statistique, les recettes d’exportation se sont accrues de 191 milliards de Fcfa en glissement annuel. Le Cameroun enregistre donc des recettes d’exportations d’une valeur de 1 080 milliards de Fcfa pour 3,8 millions de tonnes de marchandises contre 918,4 milliards de Fcfa à la même période en 2020.

« La hausse des recettes d’exportations est attribuable à l’amélioration des ventes de certains principaux produits. Il s’agit essentiellement des huiles brutes de pétrole qui augmentent de 30,7% ; du cacao brut en fèves (34,2%) ; du coton brut (59,3%) ; du bois scié (6,6%) et du bois grumes (13,8%)», peut-on lire dans la note. Mais, il reste que les exportations du Cameroun restent très peu diversifiées et sont constituées principalement de produits primaires, qui auront fourni 80,0% des recettes d’exportations enregistrées.

Mais ce tableau s’assombrit davantage lorsqu’on se penche sur la facture des importations. Ici, le volume a plutôt augmenté. Les dépenses d’importations sont en hausse de 15,4% au premier semestre, comparativement à la même période l’année dernière. Elles sont de 1 824 milliards de Fcfa pour 5,07 millions de tonnes de marchandises, contre 1406,0 milliards de Fcfa à la même période en 2020.

« Cette hausse des dépenses d’importation résulte de la hausse en valeur des importations du matériel de transport (60%), des produits pharmaceutiques (34%), des machines et appareils mécaniques ou électriques (26%), du riz (21%), du froment (blé) et méteil (17%)», explique l’Ins. Toutefois, le document précise que cette évolution a été amortie par la baisse des dépenses d’importations des carburants et lubrifiants (-9%), des poissons et crustacés (-18%).

Ce sont toutes ces données qui font qu’au cours de la période d’étude donc, le déficit de la balance commerciale se soit creusé de 52 milliards de Fcfa (en hausse de 7,5%) par rapport au premier semestre 2020 où il était de 487 Milliards de Fcfa. Au premier semestre 2021 donc, il se chiffre à 744 milliards de Fcfa. Le déficit reste donc de mise malgré la hausse du niveau d’exportations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here