« C’est au total 360 Millions FCFA que le Groupe SUNU a apporté comme contribution dans ses 15 pays pour éradiquer le Covid-19. » Jeanne Nelly Bakang, DG SUNU Assurances Vie Cameroun

0
755
Jeanne Nelly Bakang
Jeanne Nelly Bakang, Directrice générale de SUNU Vie Cameroun

(BFI) – Depuis le déclenchement de la pandémie du coronavirus, les entreprises et les administrations du continent africain et du Cameroun en particuliers ont été contraintes à adopter le télétravail et un nouveau de mode de gestion des affaires quotidiennes. De même, plusieurs initiatives innovantes ont vu le jour un peu partout sur le continent pour limiter la propagation du virus ou venir en aide au corps médical en première ligne dans cette bataille. Jeanne Nelly Bakang, Directrice générale de SUNU Assurances Vie Cameroun, filiale du groupe d’assurance panafricain SUNU, s’exprime sur la situation au sein de l’entreprise qu’elle dirige.

1-Comment se porte SUNU Assurances Vie Cameroun en cette période de confinement déclaré par le gouvernement Camerounais?

Comme toutes les sociétés du Groupe SUNU, nous nous sommes adaptés au contexte. Nous avons rapidement mis en place une communication sur les mesures de sécurité pour informer le personnel et maintenir au mieux le service à la clientèle au niveau où auquel elle est habituée.

2-Comment avez-vous réorganisé le travail en interne et quelles sont les principales mesures prises pour combattre la propagation du coronavirus et assurer la continuité du service en entreprise?

Globalement, nous avons réduit le temps de présence du personnel ainsi que l’effectif sur les sites de travail car la sécurité de nos Hommes est primordiale. Ainsi, les horaires de travail ont été aménagés, certaines équipes de rotation ont été mises sur pied, tandis que d’autres sont en télétravail ou en congés. Des équipements de protection individuelle sont distribués tous les jours au personnel présent (masques et gants). Des distributeurs gel hydro alcoolique ont été mis à la disposition du personnel et des clients pour le nettoyage des mains à toutes les entrées. La distanciation physique est de rigueur au sein de l’entreprise et les réunions en visio ou audio conférence sont privilégiées.

3-Le 8 avril dernier, vous avez fait une descente à l’hôpital Laquintinie de Douala pour une remise de don de matériel et d’équipements médicaux aux autorités sanitaires pour la lutte contre le coronavirus. Comment peut-on qualifier ce geste?

Ce geste s’inscrit dans la droite ligne de la politique du Groupe SUNU. En effet dans tous ses pays de présence, le Groupe SUNU s’est toujours engagé aux côtés des populations vulnérables. Il s’agit donc d’un geste de cœur d’une entreprise profondément ancrée dans son environnement et qui sait y avoir une responsabilité sociétale à assumer. Avec ce don en nature de 30 Millions FCFA, le but était de venir en aide particulièrement au personnel soignant en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 et qui manque souvent d’équipements de protection. Par ailleurs, nous avions également à cœur d’apporter du soutien aux Pouvoirs Publics dans la lutte contre cette pandémie. C’est au total 360 Millions FCFA que le Groupe SUNU a apporté comme contribution dans ses 15 pays pour éradiquer le Covid19.

4-Quel est l’impact de cette pandémie sur vos activités et comment comptez-vous rattraper le retard en termes de croissance d’affaires?

Indéniablement, nos activités tournent au ralenti du fait de la limitation des déplacements aussi bien de nos équipes commerciales que celles de nos partenaires. Il est plus difficile de conclure des affaires sans le traditionnel rendez-vous. Pour rattraper le retard en termes de croissance d’affaires et de maintien de celles existantes, nous avons effectué une profonde mue de notre façon de travailler et d’aborder les prospects; tout en respectant les gestes barrières. La digitalisation de nombre de nos supports et processus commerciaux déjà en cours, fait l’objet d’une accélération pour nous permettre de garder le contact à distance.

5-En période de crise généralement, on assiste souvent à une prolifération de fraudes dans les entreprises. Quels sont les dispositifs technologiques mis en place dans ce contexte?

Notre métier nous expose au quotidien à la fraude et nous sommes aguerris sur le sujet. Le contexte de cette crise sanitaire ne nous semble pas de nature à nécessiter des dispositions particulières, le taux de létalité du Covid-19 étant relativement faible.

6-Avec la prolifération de la pandémie dans le milieu des affaires, les pertes multiples des entreprises, la régression de l’économie, … Comment entrevoyez-vous l’avenir de vos activités d’ici la fin de l’année?

Nous sommes conscients que cette année, à défaut de connaître une régression, nous ne vivrons certainement pas une croissance de notre chiffre d’affaires. En effet, la contraction de l’économie va certainement se traduire par un différé des dépenses d’assurances pour ceux qui avaient l’ambition de souscrire à un contrat cette année; et pour les clients en portefeuille, la tendance sera probablement à la réduction des charges dont celles d’assurance. Cependant, nous demeurons aux côtés de nos assurés par le respect de nos engagements contractuels et continuerons à les accompagner dans leurs projets.

Recueillis par André Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here