Bank’Up, pour des achats en ligne à crédit

0
59
Bank-up

(BFI) – La start-up camerounaise offre la possibilité aux nombreux camerounais de faire des achats à crédit depuis leur téléphone mobile. Le montant maximal du crédit sera de 100.000 Fcfa et dépendra de la capacité d’endettement du client.

Pour Noé Bakouba Kaljop, fondateur de Bank’up, la start-up permettra à tous d’avoir des fins de mois paisibles. Une facture de pharmacie à payer en urgence, une bouteille de gaz à remplacer précipitamment, un véhicule en panne. Voilà autant de situations auxquelles Bank’up entend apporter des solutions. D’ailleurs, son slogan est : « Terminées, les fins de mois difficiles ».

Comment ça marche?

Pour un début, le service sera réservé aux personnes enregistrées dans les banques et établissements de micro finance partenaires de Bank’up. Plus précisément, ceux qui utiliseront le canal de la plateforme FinTech (LIEN). Pour être suffisamment crédibles, ils devront démontrer que leurs comptes bancaires sont régulièrement fournis, ce qui garantira l’immédiateté du remboursement. Chacun disposera d’une carte de crédit, et pourra, via la plateforme, effectuer des achats.

Option prêts

La startup dispose d’un portefeuille-partenaires. C’est donc auprès d’eux que les clients devront se rendre pour pouvoir bénéficier d’un achat à crédit. Le remboursement, lui, peut se faire au plus en trois mensualités, et suivant un taux d’intérêt de 2% par mois. Y seront également adossés des frais de service hors taxe de 350 FCFA. Les utilisateurs pourront également bénéficier de prêts d’argent en cash. Là aussi, sera appliqué le taux d’intérêt de 2%, ainsi que les frais de service.

Bank’up

Il s’agit de la filiale camerounaise de la startup française Loan2cash (Sas 2 cash), du même fondateur. Après le Rwanda, c’est au Cameroun qu’elle vient s’implanter en 2021. Noé Bakouba Kaljop ambitionne comptabiliser 250.000 transactions par mois. Et au bout de trois années d’existence, l’entreprise devrait compter plus de 5.000 petits commerçants.

La Fintech a pour ambition de faire plus de 250 000 transactions par mois et contribuer à bancariser plus de 5000 petits commerçants utilisateurs de la solution dans les trois prochaines années. Un projet ambitieux surtout que d’après le rapport 2018 FinScope, seulement 3% de la population a accès au crédit formel.

Côté sécurité, Noé Bakouba-Kaljop rassure : « Nous avons prévu pour les utilisateurs des comptes d’avoir la possibilité de changer leur code secret autant de fois qu’ils le désir à la différence de ce que l’utilisateur n’a qu’un seul numéro de sécurité, ici il peut luimême changer son code de sécurité. Pour les dissuader d’être dans cette situation, nous faisons un système de messagerie préventive… »

L’accès au crédit formel n’étant pas toujours évident au Cameroun, Bank’up entend offrir cette opportunité à tous, particulièrement les commerçants. A la longue, la startup compte offrir des crédits même aux personnes ne possédant pas de compte bancaire. Une étude de faisabilité débutera sous peu.

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here