Vers l’implantation du nouveau paysage de l’électricité en RDC

0
90
Sandrine Ngalula
Sandrine Ngalula Mubenga, DG de l'Autorité de Régulation du Secteur congolais de l'électrcité

(BFI) – La patronne de l’Autorité de régulation du secteur de l’électricité (ARE) et son adjoint sont connus depuis le 17 juillet. Sandrine Ngalula Mubenga (Photo) et Me Baby Akwamba Esengo sont les premières personnalités à occuper ces postes stratégiques après la création de cet établissement public en 2016. Comme l’expliquent nombre d’experts, les nouveaux animateurs de cet organe gèrent un secteur bien compliqué.

Quatre ans après, les autorités RD-congolaises ont procédé enfin à la nomination du directeur général de l’ARE, un organe crucial dans le nouveau paysage de l’électricité en RDC, et de son adjoint. Il s’agit d’un organe important dans la promotion de la libre concurrence, du contrôle des opérateurs, de l’arbitrage des différends en premier ressort et de l’accès aux réseaux électriques à tous.

En effet, après la libéralisation du secteur de l’électricité en juin 2014, des conflits entre opérateurs ont commencé à voir le jour. Il y a, par exemple, des cas de frictions survenues lors de la mise en œuvre des actions d’implantation des réseaux de distribution. L’on évoque également des problèmes dans l’interprétation et l’application de la loi. Dès lors, la saisine systématique de l’ARE paraît essentielle pour la recherche des solutions à l’amiable. Il faut rappeler que le débat sur cette importante réforme a débuté dans les années 2008, avec la mise en place d’un cadre de réflexion en vue de proposer des pistes de solution pour la relance du secteur de l’électricité.

Depuis sa création en 2016, les opérateurs du secteur électrique ont attendu avec impatience la nomination des nouveaux mandataires à la tête non seulement de l’ARE mais également de l’Agence nationale de l’électrification en milieu rural et périurbain, autre organe incontournable dans la problématique de la desserte en électricité en milieu reculé. Pourtant, la structuration de ces deux établissements a fait l’objet d’études sérieuses et d’un décret du Premier ministre en 2018 fixant les modalités de perception des ressources.

Après une longue attente, le nouveau président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en a fait l’une de ses priorités pour son quinquennat. Il a procédé comme promis à la nomination de Sandrine Mubenga, détentrice d’un doctorat en génie électrique de l’Université de Toledo (États-Unis d’Amérique), et de Baby Akwamba Esengo, avocat de formation et de profession (Assistant à la faculté de droit de l’Université de Kinshasa) à la tête de l’ARE. Nous y reviendrons.

Bouba Yankréo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here