Vers la fin de l’hégémonie des banques françaises au Gabon?

0
221
BNPParibas
BNP Paribas vend ses parts de la Bicig

(BFI) – La fin de la cession en cours, des parts de BNP Paribas dans la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (BICIG) devrait sonner, pour la 1ère fois, le glas des banques françaises au Gabon.

Selon les observateurs avertis, cette situation est la conséquence des profondes mutations que connait actuellement le marché bancaire gabonais. Car, depuis les années 2000, l’actionnariat des banques gabonaises s’est diversifié avec l’arrivée d’acteurs régionaux et le retrait progressif des banques françaises.

En effet, dans le sillage de la montée en puissance du secteur pétrolier (années 1970), les banques françaises étaient, traditionnellement, les principaux investisseurs étrangers dans le secteur bancaire gabonais (Crédit Lyonnais puis Crédit Agricole chez UGB, Paribas qui deviendra BGFI, la Banque gabonaise et française internationale).

On observe toutefois, depuis les années 2000, l’arrivée d’autres acteurs internationaux : UGB est désormais détenue par le groupe Attijariwafa bank, 6ème banque africaine détenue par la holding de la famille royale du Maroc.

Citibank Gabon est quant à elle rattachée à la banque américaine Citibank. UBA (Nigéria), Ecobank et Orabank, banques d’origine togolaise, complètent ce panorama international.

Par Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here