Vers la fermeture du Hilton hôtel de N’djamena

0
350
Hilton Ndjamena
(BFI) – L’information est tombée jeudi 31 octobre 2019, l’hôtel Hilton de N’Djamena fermera ses portes le 21 novembre. Ainsi en a décidé le groupe hôtelier américain. Mais pour quelles raisons ?

Dans une lettre datée du 30 octobre 2019, la filiale tchadienne du groupe hôtelier a écrit le message suivant à ses fournisseurs : « Cher fournisseur, nous sommes au regret de vous informer que notre compagnie propriétaire est contrainte à prendre la très difficile et très désagréable décision de procéder à la fermeture de notre établissement, le Hilton Ndjamena, à compter du jeudi 21 novembre 2019. Nous sommes profondément tristes de cette décision et des lourdes conséquences qu’elle va entraîner pour vous ».

D’ici à la date de fermeture, Hilton N’djamena affirme néanmoins qu’il assurera les services habituels. L’établissement s’est engagé à honorer tous les paiements et à faire en sorte que toutes ses équipes soient présentes après la fermeture de l’hôtel pour assurer la finalisation complète de tous les dossiers en cours.

Mais pour quelles raisons ?

La surprise a été totale quand les médias ont relayé l’information selon laquelle l’hôtel Hilton de N’Djamena cessera avec ses services le 21 novembre 2019. Sur les lèvres, les raisons de la fermeture.

Après investigations, on apprend que les raisons qui ont conduit la direction de Hilton à décider de la fermeture du complexe hôtelier de N’Djamena seraient liées à la pression du pool bancaire qui a financé la construction de l’immeuble suite au non-respect de l’engagement.

Sans risque de nous tromper, les banques qui ont financé la construction de l’hôtel Hilton de N’Djamena ont repris l’immeuble. “Nous avons appelé la garantie que nous avons sur le financement de l’hôtel. Le pool a repris l’immeuble”, affirme un responsable d’une banque. Selon nos informations, l’emprunteur refuserait de donner les chiffres d’audit et son contrat avec la marque Hilton.

Joint par téléphone, le directeur de Hilton N’Djamena affirme “qu’il est profondément regrettable que nous soyons contraints de prendre cette décision puisque nous avons proposé aux banques des alternatives à maintes reprises mais que celles-ci n’y ont jamais donné suite.”

Selon les banquiers, au début, il était question que le remboursement commence après 7 ans dont 2 en différé. Mais le gérant demande que les banques restructurent de 15 à 20 ans.

Pour le directeur de Hilton N’Djamena, “fondamentalement, il n’en reste pas moins que sans le support et le soutien des plus hautes autorités gouvernementales, l’hôtel ne peut espérer opérer de manière profitable, quel qu’en soit le propriétaire.”

Hilton N’Djamena dit être persuadé que si le gouvernement tchadien parvenait à réunir les différentes parties autour d’une même table, personne n’émettrait d’objection. Mais déjà nous apprenons que la présidence est intervenue dans l’affaire, il y a quelques mois par le biais du Ministre secrétaire général de la présidence, Kazeubé Pahimi Deubet. Il a pu obtenir du pool bancaire un délai pour que Hilton commence à rembourser mais l’hôtel n’a pas honorer à l’engagement et l’action a été engagée.

Construit il y a seulement trois ans, Hilton Ndjamena est le 37e fleuron du groupe américain en terre Africaine et le 100e hôtel dans le monde. Situé à proximité des lieux touristiques de la capitale, l’établissement dispose de 194 chambres, dont 11 suites, de plusieurs offres de restauration et des équipements nécessaires à l’organisation de réunions et de conférences, dont un espace d’une capacité de 500 personnes.”N’Djamena n’est pas seulement un hub pour les voyageurs d’affaires, mais également une destination adaptée à ceux qui souhaitent explorer le nord du pays pour ses dunes de sable et sa faune saharienne“, avait déclaré Rudi Jagersbacher, président Moyen-Orient et Afrique pour Hilton Worldwide.

Christian Trésor Adong Baliaba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here