Tradex construit sa 1ère station-service à Malabo

0
145
Station TRADEX

(BFI) – Le 19 mai 2020, Tradex Guinea Ecuatorial, filiale de l’opérateur pétrolier camerounais Tradex, entreprise publique contrôlée par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), a lancé les travaux de construction de sa toute première station-service à Malabo, la capitale de la Guinée Équatoriale.

Cette infrastructure de commercialisation des hydrocarbures aura une capacité de stockage de 100 000 litres de carburants (super et gasoil) et 300 bouteilles de 12,5 kg de gaz butane. Elle sera livrée en principe en octobre 2020, au bout de 5 mois de travaux confiés à la société équato-guinéenne du BTP Alammarin For Constructing SL, annonce la société Tradex, qui n’a pas révélé le montant de cet investissement.

Cependant, l’on se souvient qu’en 2019, cette société d’État camerounaise, qui fait figure de porte-étendard des nationaux dans la distribution des produits pétroliers dans le pays, a annoncé le lancement d’un programme d’investissement triennal de 15 milliards de FCFA en Guinée Équatoriale. Sur la période, l’entreprise entend construire un réseau de 10 stations-service.

Grâce à l’exploitation d’un agrément relatif à la commercialisation de l’ensemble des produits pétroliers en Guinée Équatoriale, titre obtenu le 17 décembre 2018, Tradex élargit ainsi son empreinte dans cet émirat pétrolier dans lequel l’entreprise opère officiellement depuis le 3 novembre 2015.

En effet, c’est ce jour-là que cette filiale de la SNH, le bras séculier de l’État camerounais dans l’exploitation pétro-gazière, a signé un contrat avec la société Luba Oil Terminal Equatorial Guinea (Loteg). Grâce à ce partenariat, Tradex entrepose ses produits dans les installations de Loteg, situées dans l’enceinte de Luba Free Port, en vue d’assurer de manière exclusive l’approvisionnement des bâtiments se ravitaillant en produits pétroliers à Luba Free Port.

Cette entreprise publique camerounaise, qui a affiché un résultat net de 10,3 milliards de FCFA pour un chiffre d’affaires de 291 milliards de FCFA en 2018, signait ainsi son arrivée sur le marché pétrolier équato-guinéen, après des implantations en République centrafricaine et au Tchad.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here