Total revoit à la hausse ses objectifs de lutte contre le réchauffement climatique.

0
127
Total
© Guillaume BONNEFONT/IP3, Montpellier, France le 12 decembre 2019. Energaia est un salon qui repond aux besoins et aux demandes des professionnels des energies renouvelables, de l eco construction et de la maitrise de l energie. Energaia is an international event which offers a large program of conferences, a Business Forum, a Job Forum, Energaia Awards, an investors international conference, to meet the needs and requirements of professionnals in the fields of Renewable Energies , Green building and Energy control. (MaxPPP TagID: maxnewsfrfour363708.jpg) [Photo via MaxPPP]

(BFI) – Le groupe pétrolier accélère dans sa lutte contre le changement climatique, en réponse à la pression croissante des ONG et des investisseurs.

Après Shell et BP, le groupe pétrolier, qui se présente désormais comme un groupe « multi-énergies » a annoncé, mardi 5 mai dernier, qu’il visait désormais la neutralité carbone en 2050. En clair, toutes ses émissions de gaz à effet de serre devront être compensées par le retrait de la même quantité rejetée ailleurs dans l’atmosphère.

Cette année, Total devrait émettre 41,5 millions de tonnes de CO2, contre 46 millions en 2015. L’objectif est d’arriver à 20 millions de tonnes en 2050, qui seraient compensées par l’absorption de 20 millions de tonnes de carbone, grâce aux techniques de captage de CO2 ou à des programmes de reforestation.

Les émissions des clients seront prises en compte

Pour l’Europe, l’entreprise présidée par Patrick Pouyanné, s’engage sur la neutralité carbone d’ici à 2050 de l’ensemble de sa production, mais également sur les produits énergétiques utilisés par ses clients, comme le carburant consommé par les automobiles et le gaz brûlé dans les chaudières, qui représentent 85 % des émissions du groupe. L’évolution est notoire, car jusqu’alors, le groupe avait toujours refusé de les prendre en compte dans ses calculs, mettant en avant le fait qu’il ne pouvait pas agir dessus. Pour le reste du monde, Total s’engage à réduire ses émissions de 60 % d’ici au milieu du siècle.

Total a confirmé, par ailleurs, son ambition dans les renouvelables, où il compte devenir un des géants mondiaux du secteur. Il affiche aujourd’hui 6 GW de capacités, principalement dans le solaire et l’éolien, et vise les 25 GW en 2025, avec un volume d’investissements annuels compris entre 1,4 et 1,8 milliard d’euros.

La pression croissante des investisseurs

Ces engagements de Total ne sont pas une surprise, mais représentent tout de même une évolution importante de sa stratégie. Comme toutes les compagnies pétrolières, le groupe doit faire face aux critiques des ONG, qui lui reprochent de ne pas en faire assez dans la lutte contre le changement climatique. « Nous sommes aujourd’hui agressés dans les journaux sur notre capacité à être un acteur positif de la neutralité carbone », expliquait Patrick Pouyanné, le 23 mars dernier, dans un message vidéo adressé aux salariés.

Fait nouveau, il y a également une pression de plus en plus importante de la part des investisseurs. Onze actionnaires représentant 1,35 % du capital, parmi lesquelles La Banque postale et le Crédit Mutuel, ont ainsi annoncé, le 15 avril, qu’ils allaient déposer une résolution à l’assemblée générale, prévue fin mai, pour modifier les statuts de la société, « afin de renforcer la contribution de son modèle économique à l’atteinte de l’Accord de Paris sur le climat ». Cette démarche est une première en France sur un sujet environnemental et Total semble y apporter un début de réponse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here