Sylvain Kakou, nouveau représentant régional de la SFI pour l’Afrique centrale

0
109
Sylvain-kakou

(BFI) – Le bureau Afrique centrale de la SFI basé au Cameroun a un nouveau dirigeant en la personne de Sylvain Kakou. Il devra poursuivre les chantiers entamés par l’institution dans cette sous-région qui est en plein processus de diversification de son économie et de son secteur financier.

Le bureau Afrique centrale de la Société financière internationale (SFI) a un nouveau dirigeant. L’Ivoirien Sylvain Kakou (photo) vient de remplacer sa compatriote Mehita Fanny Sylla qui a été affectée au bureau de l’institution pour la région Europe de l’Est.

M. Kakou a une bonne expérience des pays tropicaux et du financement des investissements. Il a commencé sa carrière au sein de l’administration ivoirienne en charge des études dans le domaine des infrastructures. Il a ensuite occupé des postes de haut niveau dans les groupes bancaires Citigroup et HSBC.

Il a intégré la SFI comme responsable senior des investissements au sein du bureau sud-africain. Il a par la suite été désigné responsable pays pour la Zambie et le Malawi. Avant sa nomination au Cameroun, le fonctionnaire international venait de passer cinq ans et demi à Haïti, comme représentant pays de l’institution. Un poste qui lui a donné suffisamment d’expérience pour travailler en Afrique centrale.

La sous-région n’est pas dans le chaos politique et économique, mais la gouvernance y est perçue comme étant complexe. Dans la zone CEMAC, la SFI intervient surtout avec des appuis, sous la forme de dette, dans les chaînes de valeur agricoles, industrielles et celles des services. Sylvain Kakou devra donc y poursuivre les chantiers de l’institution dans des secteurs tels que l’énergie, l’agriculture et l’industrie.

Il y a deux ans, cette branche de la Banque mondiale qui est focalisée sur le développement du secteur privé a lancé un processus visant à dynamiser le marché financier et celui des capitaux en zone CEMAC. Elle a été l’un des émetteurs de la dette obligataire en monnaie locale notamment sur l’ancienne bourse de Douala, Douala Stock Exchange. Elle a aussi posé les bases d’un développement plus efficient de la bourse sous-régionale.

Chelsea Etoho Agoumé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here