Simon Paley, nouveau directeur Général de Tradex

0
480
Simon Paley
Simon Paley, nouveau Dg de Tradex

(BFI) – En service depuis 2001, deux ans après la création de la société Tradex, M. Perrial Jean Nyodog vient d’être remplacé par Simon Paley, à la suite d’un conseil d’administration tenu jeudi 12 décembre 2019 au siège de l’entreprise à Bonanjo.

Le nouveau Directeur général de Tradex, Simon Paley (Photo ci-dessus) était jusqu’à sa nomination, directeur commercial de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH). Il a été nommé, à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire de l’entreprise.

Perrial Jean Nyodog quitte donc la direction générale de Tradex, après un règne sans partage de 18 ans. Cet ingénieur polytechnicien était Directeur Général de Tradex depuis 2001, deux ans seulement après sa création en 1999.

Après avoir porté l’entreprise de ses fonts baptismaux, Perrial Jean Nyodog a cédé son fauteuil à Simon PALEY afin de poursuivre le développement de cette entreprise. Et comme son prédécesseur le nouveau directeur général est un pur produit de la SNH au sein de laquelle, il assurait jusqu’alors les fonctions de directeur commercial. Une promotion en somme qui charrie de réels espoirs avec en toile de fond davantage d’agressivité au plan commercial et mieux encore un défi : celui de faire autant sinon mieux que son prédécesseur qui n’a pas eu la chance d’inaugurer l’immeuble-siège de cette entreprise qui atteste de sa détermination à prendre le leadership de son secteur d’activités et restaurer dans la foulée la primauté du nationalisme camerounais en la matière.

Fort de ce qui précède, il ne fait point de doute que Simon PALEY est attendu sur divers fronts devant constituer sa véritable feuille de route quand bien même celle-ci devra mettre un point d’honneur spécifique à l’affirmation régionale voire continentale de cette entreprise. toutes choses qui supposent conséquemment, outre la parfaite maîtrise dudit secteur, des performances globales davantage dynamiques afin que l’entreprise puisse dégager suffisamment de ressources pour les indispensables investissements sur lesquels seront adossés aussi bien son développement horizontal que vertical, aussi longtemps que son prédécesseur se sera lancé dans une diversification identique à celle de sa maison-mère la SNH, avec des prises de participations dans des secteurs industriels connexes.

Car, au-delà de la politique générale de celle-ci, elle doit faire montre plus que d’une simple résilience pour se muer en véritable industrie industrialisant, aussi longtemps certaines de ses prestations font intervenir des partenaires qu’elle pourrait intégrer pour se muer définitivement en groupe industriel majeur prenant racine sur le secteur pétrolier. et dans cette optique, on attend inéluctablement du nouveau promu, le développement d’une approche managériale différenciée à plus d’un titre sans toutefois s’écarter de la culture d’entreprise originelle de celle-ci. En somme, un savant dosage entre impérieuse nécessité de développement et innovations probantes pour non seulement étendre les marchés de l’entreprise mais aussi et surtout tirer profit au maximum de sa notoriété induite chèrement acquise sous l’impulsion du Dg sortant.

Chelsea Etoho Agoumé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here