Pipeline Tchad-Cameroun : un projet rentable pour le Cameroun

0
425
Pipeline

(BFI) – Lancé en 2003, l’oléoduc qui achemine le pétrole tchadien par pipeline via le Cameroun génère de nouveau des revenus pour le Cameroun. Des recettes en hausse par rapport à 2018 tirées par l’amélioration des volumes expédiés à travers le port de Kribi en 2019. Globalement, depuis sa mise en service, le pipeline transportant le pétrole tchadien a contribué à la création d’emplois et à la dynamisation de l’économie du Cameroun.

Le pipeline Tchad-Cameroun continue de générer des recettes à l’Etat camerounais, a révélé la Société nationale des hydrocarbures (SNH). A la fin du troisième trimestre 2019, le droit de transit a rapporté près de 30 milliards FCFA, soit 51 millions de dollars au pays d’Afrique Centrale. Des recettes en hausse de 23% en glissement annuel, équivalant au volume cumulé de plus de 35 millions de barils de pétrole enregistrés. Ces performances ont été portées par l’augmentation des volumes transportés via le terminal Komé-Kribi (KK1) du pipeline Tchad-Cameroun.

L’évacuation du pétrole brut tchadien à travers le pipeline Tchad/Cameroun génère des recettes au titre de droit de transit, directement versé par la Cameroon Oil Transportation Company (COTCO) au Trésor public. Les recettes proviennent également des impôts et taxes payés par les sociétés impliquées dans la construction et l’exploitation du projet ainsi que les dividendes perçus par l’Etat en tant qu’actionnaire de COTCO.

Hausse progressive des recettes

Depuis le démarrage, les tarifs ont été réajustés. L’avenant à la Convention d’établissement de la COTCO, signé le 29 octobre 2013, a relevé ce taux à 1,30 dollar par baril, contre 0,41 dollar auparavant. L’avenant prévoit l’actualisation de ce taux toutes les cinq années sur la base moyenne des taux d’inflation annuels enregistrés au Cameroun pendant cette période. Sur cette base, le taux du droit de transit a été actualisé le 30 septembre 2018, passant de 1,30 dollar à 1,32 dollar par baril. Ce taux actualisé est appliqué sur les quantités de pétrole brut transitant par le terminal KK1 depuis octobre 2018, et ce jusqu’à septembre 2023, date de la prochaine actualisation du taux.

Un levier d’accélération économique

Selon les chiffres de la SNH, près de 2000 entreprises camerounaises ont bénéficié de divers contrats de prestation de services dans le cadre du Projet Pipeline Tchad-Cameroun, pour un montant avoisinant les 270 milliards de francs CFA, environ 460 millions de dollars. Cela dans la réalisation des travaux topographiques, le transport routier des tuyaux, le défrichage de l’emprise foncière du projet, le contrôle non destructif des soudures, la réalisation de pépinières d’essences forestières, les prestations sanitaires, la fourniture de matériel et d’équipement de bureau, la fourniture de denrées alimentaires entre autres. La mise en place de ce type d’infrastructure a permis de stimuler la recherche pétrolière.

Le pipeline Tchad-Cameroun qui relie le sud tchadien à la côte atlantique constitue un moyen d’évacuation pour les hydrocarbures susceptibles d’être découverts et extraits dans le bassin camerounais de Logone Birni, la région du Lac Tchad, ainsi qu’à l’ouest de la République centrafricaine et au Niger.

La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here