Perenco signe un nouveau contrat de partage de production offshore

0
509
perenco

(BFI) – La Société nationale des hydrocarbures du Cameroun et l’opérateur franco-britannique Perenco viennent de signer un nouveau contrat de partage de production pour la recherche pétrolière dans le bloc dénommé «Bomana», situé dans le bassin offshore du Rio del Rey et couvrant une superficie de 222,75 kilomètres carrés pour des investissements compris entre 12,5 et 36,5 millions de dollars US.

Selon les termes du contrat, Perenco devra mener des activités de recherche sur le bloc pour une première période ferme de trois ans. «Le programme minimum des travaux souscrits comprend la réalisation d’études géosciences, le retraitement des données sismiques 3D sur l’ensemble du bloc et le forage d’un puits d’exploration», indique le communiqué dans lequel le management des deux parties explique qu’au titre de ce programme Perenco a souscrit à un engagement financier minimum de 12,5 millions de dollars, soit environ 7,2 milliards de francs CFA.

Un engagement financier de 36 millions de dollars

D’autre part et en fonction des résultats obtenus lors de la première phase d’exploration, Perenco «pourra prétendre à deux renouvellements de son autorisation exclusive de recherche pour deux périodes supplémentaires de deux années chacune, au cours desquelles il est prévu, à chaque fois, le forage d’un puis d’exploration». L’engagement financier pour les trois phases d’une durée maximale de sept ans s’élève à 36 millions de dollars, soit près de 20,8 milliards de francs CFA.

Bomana est le 23ème CPP signé par le pays dans le cadre de l’application de la loi portant Code pétrolier. Quant à Perenco, présent au Cameroun depuis 1993, il est actuellement le premier exploitant de pétrole et de gaz naturel du pays avec une production journalière d’environ 85.000 barils équivalent pétrole.

Selon les données de la SNH le bassin côtier producteur de Rio del Rey, qui couvre une superficie d’environ 7000 kilomètres carrés a, en 2017, fourni près de 96,51% de la production nationale de pétrole brut à partir d’une soixantaine de champs.

Par Bouba Yankréo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here