Où sont passés les talents au Cameroun ?

0
346
Bertrand ABEGOUMEGNE

(BFI) – La réussite d’une entreprise dépend de plusieurs facteurs. Si l’entrepreneur a un rôle majeur à jouer, il existe encore plusieurs éléments qui conduisent au succès où à l’échec d’une entreprise. Même si l’entreprise possède une très forte trésorerie, avec une ressource humaine non qualifiée, le risque pour qu’elle plombe est au moins de 99,99%. Aujourd’hui, l’un des problèmes majeurs que rencontre les entreprises au Cameroun est celui de la rareté de la ressource humaine qualifiée, compétente et efficace. La question qu’on se pose est de savoir où sont passé les talents camerounais ?

Tout commence par le système éducatif

Tous les professionnels s’accordent sur le fait que le système éducatif camerounais dans son ensemble est à reformer. Avec les nouveaux enjeux et l’évolution rapide de la société, c’est une aberration de maintenir un système éducatif qui date des années 60. Tout doit être repenser de la maternelle au supérieur en passant par le primaire et le secondaire. L’éducation doit s’arrimer à l’évolution sociétale. Nous n’allons pas nous étaler sur ce point au combien important, en espérant que les politique nous suivre et pensent à s’appesantir sur la question, mais nous continuerons à nous demander où sont passés les talents Camerounais ?

Une mentalité à reformer

Le taux de chômage au Cameroun est très important, les jeunes diplômés sans emploi, on en trouve dans tous les coins de rue des villes et villages du pays. Mais paradoxalement, les entreprises ont du mal du monde à trouver des personnes engagées, sérieux et motivées pour occuper des postes de travail. Au de-là de la compétence technique et pratique qui manque, c’est surtout l’état d’esprit de jeunes recrutés qui inquiètent le plus. Entre vouloir un salaire qu’on ne mérite pas, l’envie de s’enrichir à l’immédiat, le manque de sérieux dans son poste de travail… La situation devient inquiétante. Trouver aujourd’hui des personnes motivées qui ont envie de démontrer qu’elles peuvent apprendre, s’améliorer et devenir performant relève du miracle. Quand la perception du travail est centrée sur le gain, le avantages, la corruption, la tricherie… il devient extrêmement urgent de reformer les mentalités et d’inculquer les valeurs de la jeunesse. Ici encore, l’éducation est pointée du doigt.

Composer avec la réalité

La formation et l’éducation dans sa globalité ne sont pas ce qui devraient être, c’est vrai, les mentalités sont pourries et trouver un bon talent devient plus difficile qu’une chasse au trésor, c’est encore vrai. Mais l’entreprise doit tourner, il faut dans ce cercle vicieux trouver des solutions pour s’en sortir. Les cabinets de recrutement plus que jamais doivent faire leur travail. Il est important aujourd’hui de privilégier les ressources qui veulent faire leurs preuves. Une personne motivée à apprendre est mieux qu’un mercenaire plein de connaissance qui ne pense plus qu’à se remplir les poches. Les entreprises doivent s’entourer des vrais cabinets professionnels de recrutement afin de dénicher, peut-être pas de super bons talents, mais ceux qui peuvent porter un projet. Il est important de savoir que le bon talent n’est pas forcément le candidat qui possède le plus grand diplôme encore qu’on est en droit de se demander que valent les diplômes chez nous quand on connait le degré de tricherie et de corruption dans notre société. Le candidat qui a une base dans le domaine qu’on recherche et qui est animé par l’envie d’apprendre et de monter en compétence est décidément un bon candidat.

Dans notre contexte, il faut composer avec la réalité. Au lieu de passer du temps à recruter pour le même poste, il est plus intéressant de prendre son temps de détecter le bon candidat disponible à apprendre et à aider véritablement l’entreprise à l’aller de l’avant. Une chose qu’il faut savoir et peut-être, c’est la note d’espoir, au Cameroun, il existe énormément de talents et prêts à faire des sacrifices pour réaliser des choses importantes. Mais il faut aller les chercher car ici l’imposture à gagner la scène.

Par Bertrand Abégoumégné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here